www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

James Galbraith dénonce la dictature financière imposée par Obama

La rédaction
1330 visites | 1 commentaire

10 août 2011 (Nouvelle Solidarité) – Le 9 août, dans les colonnes du quotidien italien Il Messagero , l’économiste démocrate américain James Galbraith, fils de John Kenneth Galbraith, a violemment dénoncé la politique d’austérité anticonstitutionnelle de Barack Obama.

Interrogé sur le « Super-Congrès » instauré par la Maison Blanche afin de couper dans les dépenses sociales, Galbraith a répondu : « Pour l’amour de Dieu ! Ca va être une Junte, un organisme sans légitimité. Il vaudrait mieux laisser le pouvoir de décision aux membres du Congrès ; certes, ils se querellent très bassement, mais au moins ils finissent toujours par devoir rendre des comptes à leurs électeurs. Cette commission créée à partir de rien, sans contrôle politique, m’inquiète beaucoup. »

Galbraith dénonce ensuite que tant les Etats-Unis que l’Europe sont contrôlés par « une technocratie, ou plutôt une tuteur-cratie, une situation dans laquelle les Etats-Unis sont sous la tutelle d’une bande de bureaucrates financiers, et l’Europe est aux mains d’une banque centrale illégitime. Les bureaucrates sont les membres des agences de notation, Standard & Poor’s en l’occurrence, qui veulent façonner la vie politique de ce pays selon leurs conceptions, et éventuellement exploiter cette supposée crise de la dette afin d’en finir une fois pour toute avec l’Etat-providence. »

La semaine dernière, dans un article publié par le service international de diffusion de l’Allemagne Deutsche Welle , Galbraith écrivait : « L’accord sur la dette va rendre les choses claires : le Président n’est pas un progressiste – il n’est pas ce que les Américains nomment toujours un ’liberal’. Il est un acteur délibéré dans un drame épique de fausse politique, un opérateur pour les comptes des puissances de l’argent, dont le travail est de neutraliser la gauche par la peur et la diversion, pour ensuite se tourner à droite et délivrer un bilan conservateur. »

Pour ceux qui croyaient encore qu’Obama défendait le peuple...

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 11 août 2011 à 14:16
    par petite souris

    Galbraith écrivait : « L’accord sur la dette va rendre les choses claires : le Président n’est pas un progressiste – il n’est pas ce que les Américains nomment toujours un ’liberal’. Il est un acteur délibéré dans un drame épique de fausse politique, un opérateur pour les comptes des puissances de l’argent, dont le travail est de neutraliser la gauche par la peur et la diversion, pour ensuite se tourner à droite et délivrer un bilan conservateur. »

    Simple en effet !
    ... et not’président qui veut l’imiter !!!!!!!!!!!!!!!
    ou qui est pareil ?????????????

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet