Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Japon : récession et endettement record

La rédaction
visites
998
commentaire

Selon deux économistes japonais, la dette publique est devenue une « bombe à retardement » menaçant potentiellement l’ensemble de l’économie mondiale. Le 6 février, lors d’une conférence au Club japonais des Correspondants étrangers, Akio Ogawa de l’université Chuo de Tokyo et Takayoshi Igarashi de l’université Hosei, ont déclaré que le Japon est désormais le plus grand débiteur du monde, avec une dette publique dépassant l’équivalent de 5500 milliards de dollars, soit 130 % du PIB. A cela viennent s’ajouter 930 milliards de dollars de dette concernant des budgets occultes liés aux dépenses de travaux publics. « Nous avons le terrible choix entre d’énormes hausses d’impôts ou l’hyperinflation. (...) La dette est hors contrôle », selon Ogawa. Mais la dernière fois que le gouvernement a augmenté les impôts, en avril 1977, l’économie a sombré dans la récession, provoquant des effets négatifs dans toute l’Asie. Pourtant, le recours à la planche à billets entraînerait la hausse des prix qui serait, elle, tout aussi néfaste.

La prétendue relance japonaise de 1999 n’était que de la poudre aux yeux, comme on peut s’en rendre compte avec le secteur de la machine-outil japonaise. Selon les chiffres annuels de l’Association des producteurs de machines-outils, en 1999, les commandes étaient en retrait de 23,5 % par rapport à 1998 et de près de 40 % par rapport à 1997. Les commandes intérieures ont baissé de 21 % l’année dernière, pour se situer à seulement un tiers du niveau record de 1990.

La consommation intérieure de machines-outils dépend surtout de trois secteurs clés de l’industrie japonaise, et tous trois ont considérablement baissé leurs commandes en 1999 : production de machines -21 %, production automobile -31 %, ingénierie électrique -10 %. Quant aux commandes étrangères, elles ont baissé de 26 % en 1999, surtout en provenance des Etats-Unis (-34,6 %) et d’Europe (-26,3 %).

Le 15 février, l’Agence japonaise de planification économique publiera les statistiques officielles du PIB pour le quatrième trimestre. Son directeur, Sakaiya, a déjà annoncé que la croissance économique dans la période octobre-décembre 1999 a été négative « à cause des dépenses de consommation léthargiques ». Techniquement, une récession se définit par deux trimestres consécutifs de croissance négative, et le PIB avait déjà diminué de 1 % au troisième trimestre 1999...

Contactez-nous !

Don rapide