Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Jeux vidéo : les « killer games » et le « complexe militaro-industriel »

La rédaction
visites
1364

L’armée américaine est activement impliquée dans le développement de jeux vidéo violents, destinés non seulement à entraîner des soldats à tirer par réflexe, mais aussi au « divertissement » de clients privés, souvent très jeunes.

Dans le budget de l’armée américaine, 40 millions de dollars ont été officiellement alloués à des projets entrepris par l’Institute for Creative Technologies (ICT) de l’université de Californie du sud. A la demande de l’Armée, l’ICT travaille actuellement à la création d’une console de jeu et d’un jeu informatique pour l’entraînement des soldats, également destinés à la commercialisation et donc à l’entraînement d’enfants tueurs. Pour cela, l’ICT fait appel à des concepteurs de jeux vidéo violents, similaires à ceux auxquels jouait le lycéen responsable du massacre d’Erfurt. La console, appelée C-Force, est en phase de développement par Future Combat Systems, une joint-venture de Sony ImageWorks et de Pandemic Studios. Le jeu, baptisé provisoirement CSXII, est mis au point par Quicksilver Software.

L’ICT a été créé en 1999 par l’Armée, avec du personnel provenant de Viacom, le cartel des médias de Sumner Redstone. Viacom est propriétaire de CBS, de Paramount Studios, de la chaîne de magasins vidéo Blockbuster, des éditions Simon and Schuster, de plusieurs équipes de sport, etc. Le PDG actuel d’ICT, Richard Lindheim, vient de la Paramount et il a fait appel à d’autres directeurs de Redstone/Viacom/Paramount qui gèrent actuellement l’ICT et coordonnent ses projets avec les concepteurs de jeux vidéo.

« Rainbox Six-Rogue Spear », un jeu de combat récemment lancé sur le marché, est l’un des fruits de cette collaboration. Selon un article paru dans Reboot Camp (9 mai) : « Certains secrets militaires sont réservés aux troupes d’élite - et aux joueurs battants. (...) Quel est le signe le plus sûr que votre jeu de combat militaire soit un succès ? Quand l’Armée veut l’utiliser pour former des soldats ! Grâce à un accord entre le fournisseur militaire, LB&B Associates, et le concepteur de jeux, Red Storm Entertainment, certains de nos soldats ont appris des tactiques à partir d’une simulation informatique (...) Rainbow Six-Rogue Spear. »

Le principal concepteur du jeu, Brian Upton, a précisé que « pour créer un système comparable, l’Armée devrait dépenser dix fois plus ». Red Storm a apparemment un bon accès aux équipements militaires puisque, dans un de ses jeux, on peut utiliser un système de communications que l’Armée est en train de mettre au point. Evidemment, la version de Rainbow Six utilisée par l’Armée a été modifiée de façon à présenter des scénarios qu’un soldat pourrait être amené à connaître dans la réalité. S’ils utilisaient la version vendue dans le commerce, a déclaré Upton, « j’aurais vraiment très, très peur »...

Contactez-nous !