Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

John Kerry sur l’Iran : il faut réfléchir avant de parler

La rédaction
visites
1556

18 juin 2009 (LPAC) – Le New York Times de hier publie une tribune du sénateur américain John Kerry, président du Comité des Affaires étrangères du Sénat, dans laquelle il encourage vivement le gouvernement Obama à nuancer sa réponse aux protestations qui ont actuellement cours contre les résultats des élections iraniennes.

Il demande à ce que le gouvernement ne se laisse pas influencer par les exigences neo-conservatrices qui veulent que le Président Obama « dénonce le vote comme une fraude et nous embringue directement dans l’agitation en Iran », faisant allusion aux propos du sénateur John McCain en particulier.

Il considère qu’alors que les propos de McCain « peuvent être libérateurs pour un homme politique américain lassé du message hostile de division [du Président iranien] Mahmoud Ahmadinejad », et que les Etats-Unis privilégient le pouvoir du Peuple iranien, « nous devons comprendre comment nos paroles peuvent être manipulées et retournées contre nous pour renforcer l’establishment clérical ».

Kerry poursuit, en disant que bien que le gouvernement iranien attribue déjà le conflit à l’ingérence américaine, les manifestants dans les rues montrent bien que l’enjeu concerne l’Iran et son avenir, non pas les Etats-Unis.

Revenant sur les exigences faites au Président, Kerry estime qu’« il est clair que les dures paroles que le sénateur John McCain a prononcées ne nous ont menés nulle part ces huit dernières années. Nos rodomontades n’ont fait que renforcer les partisans de la ligne dure et mettre les réformateurs sur la défensive. Un Président iranien qui prônait le « dialogue entre les civilisations » et des réformes de société a été remplacé par un autre qui nie l’Holocauste et appelle régulièrement à la destruction d’Israël. »

La « nouvelle approche [du Président] à l’égard de l’Iran et du monde musulman en général », dit-il, a mis les extrémistes de la région sur la défensive et commence à porter ses fruits. Kerry conclut que « revenir maintenant à de sévères critiques ne fera qu’anéantir ces progrès, renforcer les jusqu’au-boutistes en Iran qui veulent voir les négociations échouer et couper l’herbe sous les pieds de ceux qui se sont levés pour soutenir une meilleure relation ».

Contactez-nous !