Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

John McCain : la France doit rejoindre l’empire EU-OTAN

La rédaction
visites
1280

Le 20 mars 2008 (Nouvelle Solidarité) — Dans un article publié dans le Monde du 18 mars, John McCain rejoint les factions néo-conservatrices qui prônent un retour rapide de la France dans le « commandement intégré » de l’OTAN. Pour emballer ce projet, McCain offre un « pacte global » pour affronter les défis du monde d’aujourd’hui, « qu’il s’agisse des fanatiques religieux radicaux utilisant le terrorisme comme arme de prédilection, du virage préoccupant de la Russie vers l’autocratie ou encore des menaces inquiétantes liées au changement climatique et à la dégradation de notre planète. ».

Au nom d’un combat commun pour des « valeurs communes », McCain estime que nous devons être « en mesure de mettre en œuvre la grande puissance des plus de cent pays démocratiques du monde » et, confirmant l’ambition impériale du projet, il ajoute que « Les pays de l’OTAN et de l’UE doivent en même temps avoir la capacité et la volonté d’agir pour défendre la liberté et la prospérité économique. Ils doivent consacrer les moyens financiers nécessaires pour se doter de capacités militaires et civiles qui puissent se déployer dans le monde entier, des Balkans à l’Afghanistan, du Tchad au Timor-oriental. »

Si McCain s’est fait remarquer en France par sa défense surprenante en faveur d’EADS, la société ayant obtenu un contrat majeur aux Etats-Unis pour la construction d’avions revitailleurs pour l’armée américaine, la manœuvre vise surtout à éloigner la France d’Hillary Clinton.

Sans annoncer la couleur, McCain ne fait que reprendre le credo de l’idéologue du « libéral impérialisme » Robert Cooper et de Felix Rohatyn dans Les Echos. Dans son article, il déclare d’un ton solennel : « Nous saluons le rôle éminent que joue l’Europe pour faire du monde un endroit plus agréable et plus sûr. (…) Nous attendons avec impatience la réintégration pleine et entière de la France dans l’OTAN. Et nous soutenons les efforts de l’Union européenne en vue de construire une politique européenne de sécurité et de défense efficace. Une Union européenne forte, une OTAN forte et un véritable partenariat stratégique entre elles sont dans notre intérêt. »

Après une condamnation bienvenue de la torture, il plaide à juste titre en faveur du développement de l’énergie nucléaire, seule capable de réduire les émissions de CO2 tenu pour responsable du « changement climatique ». Dans ce combat, « Les Etats-Unis et l’Europe doivent prendre la tête de ces efforts afin d’obtenir la participation du reste du monde, y compris, et c’est le plus important, celle des puissantes économies en développement que sont la Chine et l’Inde… »

Cherchant à « renforcer » l’alliance transatlantique, McCain suggère que « L’Europe doit se doter d’une grande politique énergétique afin que les monopoles russes du gaz et du pétrole ne puissent plus agir comme des agents d’influence politique. »

Faussement humaniste, il conclut que « le problème, au fond, est qu’aucun de nous ne peut se comporter comme si ses seules préoccupations se limitaient à son territoire national. Il est impossible de définir nos intérêts nationaux de manière si étroite qu’elle nous empêche de voir combien notre destin est lié à celui du reste de l’humanité. »

Contactez-nous !