Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Justice : Obama reprend une longueur d’avance sur Sarkozy

La rédaction
visites
1019

7 juin 2010 (Nouvelle Solidarité) – Barack Obama a encore une longueur d’avance sur Sarkozy en tant que justiciable. S’il n’a pas, lui, de problème avec ses financements de campagne (légalement abondés par Wall Street), il pourrait bien être accusé de tentatives de corruption et de dissimulation. Déjà, la semaine dernière, les deux plus proches membres de son cabinet, Rahm Emanuel et Valerie Jarrett, ont été assignés à comparaître dans le procès Blagojevich, l’ancien gouverneur de l’Illinois accusé d’avoir voulu monnayer le siège de sénateur laissé vacant par Obama. Voyant la Maison Blanche impliquée jusqu’au cou dans les tentatives de corruption de deux candidats démocrates, les avocats de Rod Blagojevich entendent bien que leur client ne soit pas seul à tomber.

C’est Fow News qui a révélé l’affaire jeudi dernier. Les avocats de Blagojevich, dont le procès vient de s’ouvrir, vont demander aux jurés de notifier que la Maison Blanche ayant reconnu avoir voulu dissuader les démocrates Joe Sestak et Andrew Romanoff de concourir dans les primaires démocrates en échange de postes, on peut se demander si Rod Blagojevich ne sert pas de bouc émissaire. En effet, comme l’a déclaré le député Darrell Issa, « il est désormais clair qu’il y a une tendance de cette administration à exercer une influence inappropriée et potentiellement illégale sur les élections primaires ». Dès lors, il convient d’examiner pénalement le rôle de la Maison Blanche dans le cas Blagojevich, autant que dans les cas Sestak et Romanoff. Numéro 2 de la Commission de surveillance et de réforme de l’Etat, Darrell Issa a demandé la publication de tous les documents internes de la Maison Blanche touchant à ce sujet et à d’éventuels marchandages dans d’autres élections.
De surcroît, les avocats de Blagojevich ont demandé la publication des entretiens qu’ont eus le FBI et le ministère de la Justice avec Barack Obama fin 2008 au sujet du monnayage de son siège.

Avec le mécontentement populaire face à l’inaction du président contre BP pour enrayer la marée noire, Obama pourrait bien sauter avant la fin de son mandat. Comme l’a souligné Lyndon LaRouche, c’est la condition sine qua non pour pouvoir lancer la mise en faillite des spéculateurs de Wall Street et le retour à un nouveau New Deal, puisque Obama et son équipe ont constamment agi pour protéger la finance de toute loi mettant leur pouvoir en péril.


En savoir plus : Notre fil info USA


Contactez-nous !