Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Karadzic : un agent britannique pour détruire l’espoir de 1989

La rédaction
visites
1561

25 juillet 2008 (LPAC) – Le criminel de guerre serbe Radovan Karadzic était un psychiatre chevronné, rompu aux techniques de guerre psychologique et de lavage de cerveau développées par l’Institut Tavistock, une des officines de la politique d’empire britannique. C’est ce que révèle le quotidien italien Libero, qui cite un rapport de l’Executive Intelligence Review (EIR) de 1993 sur l’orchestration britannique de la guerre des Balkans au début des années 1990, afin de couper l’élan provoqué par la réunification allemande et le projet d’infrastructures à grande échelle en Europe et vers l’Eurasie, tel que LaRouche l’avait proposé dans ses projets de « Triangle productif » et de « Pont terrestre eurasiatique ».

Dans son édition du 24 juillet, Libero explique que l’arrestation de Karadzic est le fruit d’un accord entre les services de renseignement américains, serbes, russes et britanniques. C’est dans ce contexte qu’est cité l’article de l’EIR montrant que Karadzic était un agent britannique.

« D’après l’Executive Intelligence Review, la connexion britannique se trouve dans un institut freudien spécialisé dans les techniques de guerre psychologique et de lavage de cerveau de masse. En tant qu’étudiant à l’Université de Columbia à New York, le jeune psychiatre a appris certaines doctrines du Tavistock qu’il a ensuite fini par appliquer pendant la boucherie des Balkans. Mais pas seulement : selon l’EIR, l’offensive serbe de 1989 contre la Croatie et la Bosnie s’est faite avec l’approbation du gouvernement britannique de Margaret Thatcher, et avec le soutien logistique appuyé du renseignement britannique. De plus, Karadzic avait une relation privilégiée avec Lord David Owen, l’un des médiateurs britanniques pendant la guerre des Balkans. Et la connexion américaine est encore plus étroite. Karadzic était persuadé qu’il ne se retrouverait jamais devant la cour de La Haye car il était protégé par un accord scellé avec un diplomate américain, Richard Holbrooke, l’organisateur des accords de Dayton [entre serbes, croates et bosniaques aux Etats-Unis en 1995 - ndlr]. Cette information a été confirmée par le maire de Trebinje, Bozidar Vucurevic, ancien collaborateur du dirigeant serbo-bosniaque. »

Contactez-nous !