Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Khatami en visite aux Etats-Unis

La rédaction
visites
865
commentaire

L’ancien président iranien Mohammed Khatami a entamé le 3 septembre une visite de deux semaines aux Etats-Unis. Il répondait ainsi à l’invitation du secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, mais c’est George W. Bush personnellement qui a signé son visa, ce qui montre bien les dissensions qui règnent au sein du gouvernement sur la politique à suivre.

Khatami a prononcé de nombreux discours devant des auditoires religieux, intellectuels et politiques, et accordé des interviews sur l’actualité, bien sûr, mais aussi sur des questions culturelles plus profondes. Dans un entretien avec le Financial Times, il déclara que les attentats du 11 septembre constituaient un double crime, « le terrorisme en tant que tel et la revendication au nom de l’Islam ». Il estime que l’holocauste est « un fait historique », mais qu’il faut se garder de l’utiliser comme arme politique, en particulier pour opprimer les Palestiniens. Quant aux diatribes d’Ahmadinejad contre Israël, Khatami a fait remarquer que « dans le système en place en Iran, ce n’est absolument pas le Président qui décide des politiques fondamentales et générales ». Quant au conflit palestinien, il croit savoir que le Hamas « est prêt à vivre à côté d’Israël si ses droits sont respectés, si on le traite comme un Etat démocratique et en tant que gouvernement palestinien, et que les pressions contre le Hamas sont écartées ».

Ayant passé en revue la « crise nucléaire iranienne », l’ancien Président a rappelé que « le fait que l’Iran et les Etats-Unis aient tous deux accepté de tenir des entretiens a ouvert une fenêtre d’espoir. Mais on a commis une grosse erreur en y mettant une condition préalable. (...) Je continue à croire que si la même proposition est avancée sans pré-condition, elle permettra d’éviter des problèmes probables à l’avenir. »

Contactez-nous !

Don rapide