Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Krach des obligations, montée en flèche des taux hypothécaires

La rédaction
visites
778
commentaire

Parallèlement à l’éclatement de la bulle obligataire créée par Alan Greenspan et ses collègues de la Réserve fédérale, les taux d’intérêt sur tous les titres de dette à long terme montent en flèche, tandis que leur prix sur le marché recule. Pour les bons du Trésor américains, juillet 2003 a été le mois le plus mauvais depuis février 1980, au pire moment de la prise d’otages américains à Téhéran, et pour les obligations de sociétés américaines, le plus mauvais mois depuis décembre 1981. Le 2 août, le rendement des bons du Trésor a même atteint 4,59 %, contre 3,07 % à la mi-juin.

Mais ce ne sont pas seulement les bons du Trésor dont les investisseurs se débarrassent ; le bradage des obligations de Fannie Mae et de Freddie Mac, les deux agences américaines de refinancement hypothécaire, est encore plus marqué. La hausse des taux de rémunération sur le marché obligataire a entraîné la montée du taux d’intérêt sur les hypothèques à 30 ans, qui se situait à 6,14 % fin juillet, contre 5,22 % début juin. Ainsi, l’endettement des ménages américains - surtout dû aux hypothèques - augmente. On risque d’arriver bientôt au point où le nombre d’insolvabilités sur hypothèques pourrait déclencher une avalanche de ventes aux enchères forcées, qui entraînerait à son tour la chute des prix du logement.

La vente massive d’obligations, tous types confondus, ces dernières semaines a été aggravée par l’attitude des banques et fonds de placement actifs dans la dette hypothécaire - notamment les titres émis par Fannie Mae et Freddie Mac qui reposent sur des hypothèques. En effet, pour diverses raisons techniques, dénommées « stratégies de protection », les détenteurs d’hypothèques se débarrassent de leurs bons du Trésor lorsque les taux hypothécaires augmentent. Par conséquent, la baisse du prix des obligations s’accentue, leur rendement augmente et les taux hypothécaires sont ainsi poussés vers le haut ; bref, un cercle vicieux. On croit savoir que certains fonds de pension sont tellement mal en point - à cause de pertes au niveau des obligations et des titres reposant sur des hypothèques - qu’ils doivent vendre une bonne partie de ces titres afin de se procurer assez de liquidités pour faire face aux appels de marge.

Les actions de JP Morgan ont chuté de 5 % le 1er août, en raison de l’inquiétude suscitée par les pertes subies sur ses obligations et hypothèques. Le PDG de Fannie Mae, Franklin Raines, a décrit le 30 juillet la situation sur ces deux marchés comme une « tempête du siècle ».

Contactez-nous !

Don rapide