Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Krach financier : Goldman Sachs place ses hommes

La rédaction
visites
2835

10 octobre 2007 (LPAC) - Goldman Sachs pourrait avoir été désigné par l’oligarchie financière pour diriger la dégringolade du système financier, et ses marges de profit, prétendument énormes par rapport à d’autres banques d’investissement, seraient le « privilège royal » reçu pour son rôle dans ce complot. Un élément clé de leur stratégie consiste à placer leurs anciens cadres dans les plus hautes allées du pouvoir pour servir de relais à leurs stratégies. Ils en ont placé, par exemple, parmi les dirigeants de l’Equipe de protection contre les plongeons aux USA, le groupe de banques privées qui avec la Réserve Fédérale, est chargé de gérer les risques systémiques et parmi ceux du Forum de la stabilité financière internationale qui joue le même rôle au niveau global. En plus, les anciens de Goldman Sachs sont aussi au Comité de régulation des marchés de capitaux et à Citygroup. Henry Paulson, le Secrétaire au Trésor depuis l’été 2006, était Pdg de Goldman Sachs, dans laquelle il a fait carrière depuis 1974.

Au sommet de toutes ces institutions, ils finissent par diriger des pays entiers. Prenez l’Italie comme un premier exemple de cela. L’actuel premier ministre Romano Prodi était un conseiller payé de Goldman Sachs, et en tant que premier ministre, il a introduit un autre cadre de Goldman Sachs dans son gouvernement, Massimo Tononi, sous-secrétaire des finances en charge des privatisations. Les rumeurs racontant que Linda Costamagna, l’épouse du cadre de Goldman Sachs Claudio Costamagna, avait financé la campagne électorale de Prodi, n’ont jamais été démenties. Le gouverneur de la Banque d’Italie, Mario Draghi, qui est le président du Forum de la stabilité financière internationale susmentionné, avait servi en tant que président européen de Goldman Sachs pendant quatre ans, avant de devenir un banquier central. Il est aussi connu comme « M. Britannia », car c’est là que l’oligarchie financière a décidé de lancer l’opération « mains propres » qui a déconstruit toute la classe politique italienne dans les années 90. Il y a aussi, Mario Monti, ancien Commissaire européen, qui a depuis rejoint Goldman Sachs, tout comme le sous-secrétaire d’Etat du gouvernement de Berlusconi, Gianni Letta, son « ministre de cabinet », pour ainsi dire. Être au sommet n’a jamais semblé aussi facile.

Contactez-nous !