Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’Académie pontificale des sciences accorde sa bénédiction à l’imposture climatique

La rédaction
visites
815
commentaire

18 mai 2011 (Nouvelle Solidarité) – Bien qu’assez inquiétant, c’est malheureusement la réalité : du 2 au 4 avril, lors d’un groupe de travail organisé par l’Académie pontificale des sciences au Vatican, le professeur allemand Hans Joachim Schellnhuber, conseiller de la chancelière Angela Merkel, et Rajendra Pachauri, l’indéboulonnable patron du GIEC, deux charlatans payés par Deutsche Bank pour promouvoir l’imposture du réchauffement climatique, étaient parmi les invités.

Les conclusions de ce groupe de travail dénommé « Le destin des glaciers dans l’Anthropocène », postées sous forme d’un rapport de quinze pages sur le site internet du Vatican, confirment la bénédiction accordée par l’institution vaticane à ce qui, sous un prétexte environnemental pseudo-scientifique concocté par l’Empire britannique, n’est autre qu’une stratégie maléfique visant à imposer une dictature verte mondiale et une dépopulation concertée de la planète.

Ce groupe était dirigé par le professeur néerlandais Paul J. Crutzen, prix Nobel de chimie en 1995 et membre de l’Académie pontificale des sciences. S’appuyant sur les travaux de Vladimir Vernadski, dont il a perverti les idées, ce scientifique est à l’origine du concept d’« Anthropocène » décrit dans le rapport : « L’Anthropocène : l’exploitation agressive des combustibles fossiles et d’autres ressources a endommagé l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons et les terres que nous habitons. Pour donner un exemple, quelque 1000 milliards de tonnes de dioxyde de carbone (CO2) et d’autres gaz à effet de serre majeurs ont été envoyés dans l’atmosphère. Comme résultat, la concentration de CO2 dans l’air dépasse actuellement les niveaux les plus élevés des dernières 800000 années. On s’attend à ce que l’impact climatique et écologique de cette interférence humaine avec le système terrestre perdure pour plusieurs millénaires. Ce processus fera naître l’Anthropocène, nouveau nom pour désigner l’époque géologique, "faite par l’homme", dans laquelle nous vivons. »

Tel Ptolémée ajoutant des épicycles pour « ajuster » son modèle circulaire du système solaire afin d’éviter d’en remettre en cause les axiomes, le rapport répond en partie à l’argumentation de Lyndon LaRouche et d’autres « sceptiques du climat ». En particulier, il prend soin de préciser que face à l’argument selon lequel « puisque par le passé, la Terre a connu des alternances entre périodes froides (âges glaciaires) et chaudes (interglaciaires), les variations du climat et de la taille de la calotte glaciaire sont des événements entièrement naturels », on peut répondre que :

« Il est établi que les déclencheurs des périodes glaciaires et interglaciaires sont des changements de paramètres astronomiques relatifs au mouvement de notre planète au sein du système solaire et à ses interrelations avec le système climatique. L’échelle de temps entre ces déclencheurs est de l’ordre de 10000 ans ou plus. Par opposition, les changements constatés dans le dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre, ainsi que dans les concentrations de poussière fine, ont lieu sur des échelles de temps de 10 à 100 ans – au moins cent fois plus vite. Il est particulièrement inquiétant que la libération d’agents de réchauffement climatique se soit produite dans des périodes interglaciaires, alors que la température terrestre était déjà à son maximum naturel ».

Après avoir réchauffé la tragédie de la fonte des glaciers, le rapport, dans ses recommandations, incite les décideurs politiques mondiaux à « employer tous les moyens possibles pour réduire sans délai les émissions de carbone afin d’atteindre les objectifs ambitieux internationaux du réchauffement climatique et d’assurer une stabilité à long terme du système climatique. Tous les pays doivent se concentrer sur une transition rapide vers les énergies renouvelables et d’autres stratégies visant à réduire les émissions de CO2 ».

Le groupe de travail, dans sa déclaration commune, déclare : « Nous appelons tous les peuples et nations à reconnaître les impacts graves et potentiellement irréversibles du réchauffement climatique provoqué par les émissions anthropogènes de gaz à effet de serre et autres agents polluants, ainsi que par des changements opérés dans les forêts, les zones marécageuses, les prairies et d’autres utilisations du sol. Conscient que nous vivons tous dans la même maison, nous appelons tous les pays à développer et à mettre en œuvre, sans tarder, des politiques effectives et justes visant à réduire les causes et l’impact du changement climatique sur les communautés et les écosystèmes, y compris sur les glaciers et leurs lignes de partage des eaux. En agissant maintenant, dans l’esprit d’une responsabilité commune mais différenciée, nous acceptons nos responsabilités mutuelles de gardiens d’une planète bénie avec le don de la vie. Nous sommes engagés à assurer que tous les habitants de cette planète puissent recevoir leur pain quotidien, respirer de l’air frais et boire de l’eau propre, puisque nous sommes conscients que si nous désirons la justice et la paix, nous devons protéger l’habitat que nous accueille. Que ceux d’entre nous qui croient en Dieu lui demandent d’exaucer ce vœu. »

En théorie, l’Académie pontificale des sciences ne fait pas partie intégrante du Magistère de l’Eglise. D’après son site, il s’agit d’une « entité indépendante du Saint Siège », bien qu’opérant sous l’autorité directe du Pontife et dépendant entièrement du Vatican pour ses ressources financières.

Le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi, a souligné que le document, jugé « important », n’était pas un élément de l’enseignement de l’Eglise et ne faisait que refléter le point de vue des scientifiques ayant participé à son élaboration. Ceci dit, il a également rappelé qu’il s’agissait d’une « contribution scientifique importante » aux préoccupations exprimées par le Pape Benoît XVI dans ces encycliques et déclarations publiques.

Benoît XVI a été surnommé le « Pape vert » pour ses positions sur l’environnement.En 2008, le Vatican a installé des panneaux solaires sur le plus grand auditorium du Vatican. Un an plus tard, sa cafétéria fut équipée d’une autre installation photovoltaïque. En réalité, le Vatican est le seul « pays » du monde avec un bilan carbone neutre, car il s’est engagé à financer une forêt afin de compenser ses propres émissions de CO2.

Cette faiblesse du Vatican devant les dernières manœuvres génocidaires de l’Empire britannique et une finance folle que le pape Jean-Paul II avait décrites comme « les structures du péché », explique en partie le manque de réaction vigoureuse d’une grande partie de la classe politique occidentale.


Dossiers :


Voir le commentaire

  • petite souris • 18/05/2011 - 14:35

    Vous faites bien de souligner cette imposture et cette manipulation dont les effets sont réellement pervers.

    Dans notre monde hyper médiatique de ces dernières semaines ( le japon, la lybie, ben laden, DSK, le bébé de not’sarko,... )
    la manipulation a été utilisée par tous et chacun.... et cela va continuer...

    Cependant, j’espère que le peuple, qui a du bon sens, va réfléchir et donc se poser les bonnes questions vis à vis de nozélites et des élections !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide