Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’Allemagne et la Russie signent des accords spectaculaires

La rédaction
visites
801

A la Foire industrielle de Hanovre, cette année, l’industrie russe était à l’honneur. Ouvert le 10 avril par le chancelier Schröder et le président Poutine, ce salon, le plus grand au monde, a débouché sur des accords germano-russes sans précédent.

L’accord de partenariat entre l’allemand Wintershall (qui appartient à 100% au géant chimique BASF) et le russe Gazprom est particulièrement important, puisqu’il accorde à Gazprom une part de 49 % dans les 2000 kilomètres du réseau de gazoducs. Ainsi, le gazier russe sera, pour la première fois, largement présent dans le secteur du gaz naturel européen. En échange, Wintershall détiendra une part égale du nouveau gazoduc sous-marin de la mer Baltique, qui sera construit entre Vyborg et Greifswald. En outre, les deux entreprises vont explorer conjointement l’énorme gisement de gaz de Iouchno Rousskoie, nouvellement découvert en Sibérie et qui recèle suffisamment de réserves pour couvrir les besoins allemands en gaz naturel pendant plus de cinq ans. L’Allemagne importe actuellement de la Russie environ 40% de sa consommation et entend augmenter son approvisionnement. Cependant, le gaz de Iouchno Rousskoie sera aussi exporté vers d’autres pays européens, notamment la Grande-Bretagne.

Par ailleurs, un accord exceptionnel a été signé entre Siemens et la RZD (société de chemin de fer russe) pour la réalisation d’une ligne ferroviaire à grande vitesse entre Moscou et Saint-Pétersbourg. Lorsque la ligne sera achevée, 60 trains y circuleront à une vitesse pouvant atteindre 300 km/h. Les composants des trains seront produits pour la plupart dans des entreprises russes appartenant à une joint-venture Siemens-RZD. Selon le directeur de la RZD, Gennadi Fadeïev, cette joint-venture permettra de créer jusqu’à 100 000 nouveaux emplois dans le secteur ferroviaire russe tout en relançant l’ensemble du secteur durement frappé depuis 1992. D’autres lignes à grande vitesse sont prévues, reliant par exemple Moscou à Rostov, Kiev et Novossibirsk, et Saint-Pétersbourg à Helsinki.

Par ailleurs, l’entreprise allemande de transport ferroviaire Railion et le russe RZD vont promouvoir le transport de fret en conteneurs sur le chemin de fer Transsibérien, afin d’en faire une alternative raisonnable aux routes maritimes pour 25% des transports de marchandises euro-asiatiques au cours de la prochaine décennie.

Contactez-nous !