Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’Allemagne opposée à toute action militaire contre la Syrie et l’Iran

La rédaction
visites
1723

Le 22 mars 2012 (Nouvelle Solidarité) – Dans des déclarations publiées par les ministres de la Défense et des Affaires étrangères, le gouvernement allemand a fait part de son opposition à l’action militaire contre la Syrie et l’Iran.

Lors d’une conférence de presse commune à Berlin avec le ministre Israélien de la Défense Ehud Barak, en visite en Allemagne, le ministre allemand de la Défense Thomas de Maizière a dit avant-hier que l’action militaire contre l’Iran devait être évitée en raison des « menaces imprévisibles pour l’ensemble de la région », et a insisté pour que les dirigeants politiques s’abstiennent de toute rhétorique agressive et s’appliquent plutôt à trouver une solution diplomatique.

Parallèlement, le ministre de Affaires étrangères Guido Westerwelle a pris lui aussi catégoriquement position contre toute intervention militaire contre la Syrie, dans une interview avec l’agence de presse russe Interfax – enregistrée juste avant une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Allemagne, la Russie et la Pologne à Berlin hier : « Le point de vue de l’Allemagne est que les discussions sur l’option militaire sont contreproductives. »

Tandis qu’il n’y a aucun doute pour l’Allemagne « qu’une Syrie dirigée par Bachar al-Assad ne peut plus avoir un bel avenir », l’Allemagne a appelé « tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des Nations Unies, à ce que trois objectifs soient atteints : premièrement, la fin des violences ; deuxièmement, une aide humanitaire au peuple syrien ; troisièmement, un nouveau départ politique en Syrie ».

Soulignons que parallèlement aux efforts de Barak pour rallier le soutien des autres pays à sa politique (et celle de Benjamin Netanyahou) de frappes israéliennes immédiates contre l’Iran, l’ancien chef du Mossad Meir Dagan continue pour sa part son combat pour empêcher que ces frappes n’aient lieu.

Contactez-nous !