Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 7 avril - Jacques Cheminade au Liban reçu par le Président Michel Aoun Lire Flash : 1er avril - A Bondy, Jacques Cheminade engage un dialogue citoyen sur les banlieues Lire Flash : 1er avril - Devant la FNSEA réunie à Brest, Cheminade présente sa vision de l’agriculture du futur Lire
AccueilActualité
Brèves

L’Angola doit rejoindre l’ OPEP

La rédaction
visites
817
commentaire

On s’attend à ce que l’Angola, le deuxième producteur pétrolier de l’Afrique subsaharienne, rejoigne le cartel des pays producteurs de pétrole. Ceci portera un coup dur à l’industrie multinationale pétrolière, qui a lourdement investi dans l’exploration du gisement africain, en alternative au pétrole du Moyen-Orient. ExxonMobil et Chevron sont les deux grosses compagnies américaines opérant en Angola, BP pour le Royaume-Uni et Total pour la France ayant aussi une implication non négligeable. De même, des pays d’Asie de l’Est, notamment la Chine, s’intéressent au pétrole angolais.

L’Angola, qui produit 1,4 million de barils par jour, deviendra ainsi le premier nouveau membre de l’OPEC depuis 35 ans, ainsi que son premier membre africain. Son entrée pourrait être suivie par celles de l’Équateur et du Soudan. À eux trois ils feraient grimper la production mondiale de pétrole de 30 millions à 32 millions de barils par jour.

L’adhésion de l’Angola à l’OPEP peut être considérée comme une menace pour le plan géopolitique promu par les néo-conservateurs américains, consistant à développer les ressources pétrolières de toute la côte occidentale de l’Afrique, du Sahara occidental à l’Angola, comme alternative à l’approvisionnement au Moyen-Orient.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide