Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’Argentine se lance dans un programme électro-nucléaire

La rédaction
visites
1152

Notant que les Etats-Unis, le Japon, la Chine, ainsi que plusieurs pays européens construisent, ou prévoient de construire, de nouvelles centrales nucléaires, l’économiste de Clarin, Danile Muchnik, a annoncé que l’Argentine est de la partie. De nombreuses sociétés nationales, dont la première société nucléaire argentine INVAP, participent à des appels d’offres internationaux pour fournir de la technologie nucléaire à différents pays : Etats-Unis, Canada, Chine, Corée, Algérie, Pérou, Egypte, Venezuela ou encore Australie.

Vu le prix du pétrole, le gouvernement du président Kirchner a pris deux décisions fin mars, destinées à renforcer le contrôle de l’Etat sur les multinationales étrangères, notamment depuis que la compagnie espagnole Repsol-YPF a réduit de 21 % le montant de ses réserves dans le pays. En outre, il y a quelques mois déjà, Kirchner avait annoncé que l’on achèverait la construction de la centrale nucléaire Atucha II, suspendue pendant près de deux décennies, et il a débloqué des fonds pour engager du personnel et acheter des d’équipements. Une fois achevé, Atucha II, troisième réacteur en exploitation dans le pays, fournira 700 MW au réseau national.

Le ministre de l’Energie Daniel Cameron a précisé qu’il n’était pas question de privatiser Atucha II et que le projet servirait aussi à créer des emplois dans la région. Selon l’économiste Muchnik, l’extraction de l’uranium sera renforcée et des mesures seront prises pour « compenser la perte de deux générations de chercheurs et de spécialistes, due à des décennies d’inactivité ». La centrale utilisera les éléments combustibles produits en Argentine avec le soutien de la Commission nationale à l’Energie atomique, et priorité sera donnée aux entrepreneurs et fournisseurs locaux. Les écologistes peuvent bien crier, écrit Muchnik, la réalité exige l’énergie nucléaire.

Contactez-nous !