Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’Economist de Londres : et vive le nouvel empire britannique !

La rédaction
visites
870

Dans sa présentation à un groupe de diplomates, le 8 février, Lyndon LaRouche s’est référé à un dossier publié dans The Economist du 3 au 9 février, sous le titre « La Britannia restaurée, Un rapport spécial sur la Grande-Bretagne ». Le dossier trahit l’intention des cercles financiers et oligarchiques de faire revivre l’empire britannique, comme en témoigne ce petit morceau de choix :

« Rule Britannia, l’hymne national officieux datant de 1740, célébrait non seulement la puissance militaire de la Grande-Bretagne, mais aussi sa prouesse commerciale. Un siècle plus tard, la Grande-Bretagne avait pleinement répondu à ces louanges anticipées. Ce fut le point fort de son influence dans le monde, coïncidant avec la dernière grande vague de mondialisation. Premier pays à s’industrialiser, la Grande-Bretagne produisait bientôt plus de la moitié du charbon, de la fonte brute et des toiles de coton du monde. En 1880, ses exportations de biens industriels représentaient 40 % du total mondial et en 1890, elle possédait davantage de capacité de tonnage que tous les autres pays du monde réunis.

« Moins d’un siècle après ces jours de gloire, la Grande-Bretagne était devenue "le malade de l’Europe ". (...) Aujourd’hui, les perspectives sont à nouveau plus prometteuses. (...) Elle a gardé l’habitude post-impériale de penser et d’investir à l’échelle mondiale et elle accueille le plus important centre financier international du monde. Tout cela fait d’elle un terrain d’essai de la mondialisation. »

Dans ce dossier, The Economist publie plusieurs articles, expliquant que la mondialisation a toujours été un jeu britannique, qu’elle a atteint son apogée au cours du XIXème siècle, alors que la Compagnie britannique des Indes orientales régnait sur le monde, et que nous avons à nouveau bouclé la boucle, après l’ère du « malade d’Europe ». Bref : la mondialisation est de retour pour de bon et cela veut dire un nouvel empire mondial britannique.

Contactez-nous !