Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’Equateur, meilleur en éco que la BCE

La rédaction
visites
1145

17 janvier 2007 (Nouvelle Solidarité) - Alors que Jean Claude Trichet a lancé la semaine dernière un appel aux dirigeants européens afin de ne pas accorder d’augmentations de salaires sous le prétexte frauduleux qu’elles accroîtraient l’inflation, ces derniers feraient mieux d’écouter les conseils avisés du président équatorien Rafael Correa. Dans un communiqué du 5 janvier, le président équatorien s’en est pris aux milieux d’affaires de son pays qui protestent contre les hausses de salaires, sous prétexte que cette mesure va à l’encontre de la production, mais qui ne disent rien quant aux taux d’intérêt très élevés qu’ils doivent payer sur la capital.

« C’est immoral d’exploiter le travail. Et les salaires en Equateur sont immoraux. Nous n’allons pas revenir aux temps de l’esclavage. », alors qu’on entend dire et répéter que les salaires doivent rester bas pour créer des emplois, a-t-il dit. Comparant les taux d’intérêts anormalement hauts sur le capital, aux sommes ridicules consacrées au travail humain, Correa a déclaré que son gouvernement allait réguler les taux d’intérêt et la finance, tout en continuant à augmenter progressivement le salaire minimum.

Fin 2007, son gouvernement a décrété une hausse de 17,6 % du salaire minimum, passant de 170 dollars mensuel que Correa estime être « une insulte à la dignité&nbsp ; », à 200 dollars, ce qui est déjà trop aux yeux des grands intérêts économiques.

Contactez-nous !