Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’Europe est en faillite, faisons une autre Europe !

La rédaction
visites
1626
commentaire

24 février 2010 (Nouvelle Solidarité) – Les porte-parole de la City de Londres continuent à jouer la déstabilisation de la zone Euro, pour mieux pouvoir obliger les Etats à adopter les politiques draconiennes d’austérité sociale dictées par les marchés financiers. Déjà sous le « fouet » des marchés financiers, qu’Olivier Blanchard qualifiait de bénéfique dans une interview au Nouvel Observateur du 4 février, la Grèce, l’Espagne, l’Allemagne et même la France, ont annoncé des coupes sombres dans les retraites, avec à la clé l’allongement de l’âge de la retraite ou des années de cotisations. Voilà comment les « marchés financiers » pillent la substance publique. Après avoir obligé les Etats à les renflouer sous la menace d’une faillite universelle, ils exigent désormais que ceux-ci réduisent leur endettement en coupant dans les dépenses sociales qui reviennent à l’Etat : retraites, sécurité sociale, chômage, etc.

Hier poursuivant ces attaques, Ambrose Evans-Pritchard révélait dans sa tribune du Daily Telegraph, l’étendue de l’endettement bancaire et public de l’Europe continentale, sans évoquer évidemment la situation encore pire de son côté de la Manche. Et cet endettement est proprement monstrueux ! La dette que les banques européennes devront refinancer en 2010 et 2011 atteint 1100 milliards d’euros : 560 milliards arrivent à échéance en 2010 et 540 milliards en 2011. Mais les banques auront du mal à trouver de l’argent dans un contexte où les Etats, qu’ils ont largement contribué à endetter, auront besoin eux aussi en 2010, de 1 600 milliards d’euros.

Selon Graham Secker de Morgan Stanley, cité par Evans-Pritchard : « L’échelle des émissions provoquera des effets de pénurie, les obligations d’Etat pouvant à elles-seules siphonner la grande majorité des capitaux. L’endettement qui a provoqué la crise n’est pas résorbé ; au contraire, nous constatons un transfert dramatique de la dette du secteur privé à celle du secteur public. Le thème le plus important de la macro économie dans les quelques années à venir sera de savoir comment les Etats pourront payer le service de la dette et réduire leur déficit. La Grèce pourrait bien être un avant-goût des choses à venir ».

Evans-Pritchard note aussi qu’en Allemagne, la BAFIN, l’agence de contrôle financier, vient d’avertir que les engagements des banques allemandes dans les pays du Club Med, pour l’équivalent de 522 milliards d’euros, pourraient comporter un risque systémique si une contagion venait à se développer à partir de la Grèce. C’est sans doute la raison pour laquelle, spécule Evans Pritchard, l’Allemagne se prépare à donner son feu vert à un plan de sauvetage de 25 milliards pour la Grèce.

Mais même si les « anglo-saxons » cherchent à tirer leurs marrons du feu dans un monde irrémédiablement en crise, force est de constater que l’Europe est aussi irrémédiablement endettée, conséquence d’un ordre financier mondial, dominé par la City de Londres et Wall Street, qui vit de la cavalerie financière depuis une trentaine d’années. Comment ça marche ? Imaginons, un million de personnes qui, chacune croit détenir 100 euros qu’il a empruntés à ses voisins, mais eux-aussi ont emprunté les 100 euros a un autre, qui les a emprunté à un autre et ainsi de suite. Rien ou presque ne reste au bout de cette chaîne.

Cette dette est impayable. Il faut se résoudre à remettre la zone Euro à plat, revenir aux monnaies nationales non pas pour se lancer dans des dévaluations compétitives, mais pour reconstruire, à partir des 6 pays fondateurs, une Europe des patries et de projets digne de ce nom. Il faudra, dans ce contexte, éliminer les avoirs spéculatifs, sauver de la faillite ordonnée tout ce qui est lié à l’économie physique et humaine et relancer l’économie productive comme nous le proposons dans le communiqué de Solidarité et Progrès, daté du 22 février.


L’alternative :


Voir le commentaire

  • petite souris • 24/02/2010 - 20:19

    Puisque la City de Londres est l’endroit où se trouvent les gens les plus "intelligents" puisqu’ils ont un "plan" pour le monde, je propose tout simplement que tous les dirigeants du monde, (chefs d’état, directeurs ou propriétaires de banques ou de multinationales,) tous ces gens, qui aiment se retrouver pour affaire ou le plaisir aillent tous s’installer dans cette ville et définitivement.

    Qu’ils y vivent à leur façon et selon leurs critères.

    Et, surtout, qu’ils nous laissent vivre normalement partout ailleurs.

    Voilà le futur nouveau monde !!!!!!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide