www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

L’Europe et la pêche : le poisson pourrit par la tête

La rédaction
907 visites

Le 2 juin 2008 (Nouvelle Solidarité) – Tandis que le 29 mai le Comité national des pêcheurs français appelait à la création d’un fonds spécial pour garantir les prix du gazole, Madrid, soutenu en cela par la France, l’Italie et le Portugal, propose également la création, à l’échelle européenne, d’un fonds de soutien à la pêche.

Rappelons qu’en octobre 2004 la France avait mis sur pied le « Fonds de prévention contre les aléas de la pêche » (FPAP), surnommé « fonds gazole », un mécanisme régulateur capable de garantir un prix stable et raisonnable (Les marins-pêcheurs cotisaient au fonds dont les réserves augmentaient quand le prix du gazole était bas, mais les compensaient en cas de hausse). Cependant, depuis la création du FPAP, les prix n’ont fait que flamber et sous la pression de Bruxelles, les professionnels et le gouvernement ont liquidé le FPAP au 1er janvier 2007, créant les conditions du désastre actuel.

D’abord, le simple fait que Michel Barnier a réussi à ramener le calme en déguisant les aides « interdites par Bruxelles » en aide sociale, fait fulminer la Commission.

Bien que Joe Borg, le Commissaire maltais en charge de la pêche et des affaires maritimes, reconnaisse sur son site Internet, le 29 mai, que le « gazole pour la pêche a dépassé les 0,7 euro le litre dans la plupart des ports européens, une hausse d’environ 240% depuis 2004 », il affirme qu’« accorder des subsides de carburant ou de fonctionnement, n’est ni autorisés, ni approprié comme réponse à des prix élevés, vu la probabilité que ces prix restent à un niveau élevé ».

Borg encourage seulement les membres de l’UE à « adopter des plans de sauvetage et de restructuration en vue d’aider seulement ceux de leur flotte de pêche qui sont le plus touchés par la flambée des prix du pétrole ». Il rappelle que, pour Bruxelles, « toute aide doit se limiter au strict minimum, et ne peut que se concevoir comme une aide à court terme permettant de laisser le temps nécessaire à une entreprise pour mettre en œuvre sa restructuration ou sa liquidation. Elle ne pourrait donc pas se prolonger au-delà d’une période de six mois, et seulement sous la forme d’un prêt ou d’une assurance remboursable. »

Enfin, en France, les medias ont fini par révéler que le 20 mai, lorsque des « émeutes du gazole » avaient conduit les marins pêcheurs à des actions désespérées, notamment aux Sables d’Olonnes en Vendée, la Commission avait demandé à la France de récupérer auprès des entreprises de pêche 65 millions d’euros « d’aides » versées en 2006 pour compenser la hausse du gazole sous forme de prêts au FPAP.

Dans ce que les marins pêcheurs ont appelé une « autre provocation », la Commission de l’UE a publié le 30 mai sa déclaration générale annuelle sur les opportunités de la pêche pour 2009. La Commission exige « plus de flexibilité » pour pouvoir définir les quotas de pêche qu’elle compte abaisser. Elle entend également exiger des techniques de pêche moins consommatrice des carburants, ce qui permettrait, selon elle, « de mieux gérer la mise en commun des ressources » menacées par « une flotte de pêche trop importante. »

Pour creuser le sujet : focus

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Autres articles
Plus d'articles

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet