Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

L’Inde et la Chine tissent des « relations totalement nouvelles »

La rédaction
visites
1028
commentaire

Selon nos sources, l’Inde et la Chine s’efforcent de « créer une structure de relations entièrement nouvelle, basée sur leurs intérêts mutuels ». Les deux parties veulent résoudre définitivement les différends frontaliers, de façon à pouvoir traiter librement de questions d’importance immédiate, comme l’expansion des relations commerciales et économiques et l’instauration d’un « équilibre entre les pays asiatiques et les Etats-Unis ». L’Inde et la Chine « veulent pouvoir signifier aux Etats-Unis qu’ils ne pourront pas faire grand-chose tous seuls dans la région sans consulter ces deux pays ». A cet égard, on constate « un rapprochement de vues entre la Chine et l’Inde ».

Le voyage historique du Premier ministre indien A.B. Vajpayee en Chine, en juin dernier, avait jeté les bases des nouvelles relations. A cette occasion, il fut décidé de régler dès maintenant les questions frontalières plutôt que de laisser ce problème aux générations futures. Comme le disait Vajpayee, après avoir finalisé les accords portant sur cette frontière - le long des lignes du statu quo détenues de part et d’autre depuis la guerre de 1962 - les deux pays pourront désormais consacrer leur énergie à d’autres problèmes. La résolution du problème frontalier pourrait aussi marquer une grande étape pour renouer des relations avec le Pakistan. Ceci est particulièrement important pour faire face à ce qui constitue la plus grande menace à la sécurité de la région : la drogue et les seigneurs de guerre fondamentalistes en Afghanistan.

Le ministre indien des Affaires étrangères, Yashwant Sinha, a déclaré le 22 novembre que les relations entre l’Inde et la Chine étaient déjà « à maturité », ce qui a un impact « global ». Soulignant l’importance de la visite « historique » de Vajpayee en Chine, Sinha rejeta catégoriquement l’idée que les relations de l’Inde avec les Etats-Unis puissent faire contrepoids à la Chine. « Le risque de conflit, ouvert ou couvert, ou même de rivalités porteuses de division entre les deux plus grands pays [démographiquement] du monde, dotés d’économies considérables et en croissance, de capacités en armement nucléaire, ayant une contiguïté géographique et des questions territoriales non résolues, est un spectre qui ne devrait jamais nous hanter ni influencer notre recherche de la paix et de la stabilité », a déclaré Sinha.

Ce discours fut très chaleureusement accueilli en Chine. Quelques jours plus tard, au cours d’une rencontre avec le nouvel ambassadeur indien, Nalin Surie, le ministre chinois des Affaires étrangères, Li Zhaoxing, lui fit part de sa satisfaction, mettant l’accent sur l’importance de la coopération sino-indienne face aux « grands changements » qui se produisent sur la scène internationale.

Les relations stratégiques et économiques avancent à pas de géant. Le 14 novembre, les deux pays ont effectué leurs premières manœuvres navales communes au large de Shanghai, un « exercice de recherche et de sauvetage » dans le cadre d’un conflit « non conventionnel ». Le 24 novembre, une délégation de haut niveau de l’armée indienne achevait sa visite en Chine, comprenant la première visite de militaires indiens au Tibet, de toute évidence dans le cadre du règlement frontalier. Dans le domaine économique, le commerce bilatéral sino-indien a atteint un nouveau record, dépassant 5 milliards de dollars, avec une augmentation de 85,3% des exportations indiennes vers la Chine. A long terme, la Chine construit sa voie ferrée à l’ouest du Tibet, près de la frontière indienne, et l’Inde ouvre sa première liaison ferroviaire avec le Népal, qui borde aussi la Chine. Ce sera une étape décisive dans la construction du quatrième niveau du Pont terrestre eurasiatique.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 13 décembre le monde
en devenir

Don rapide