Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’Inde s’affirme sur la scène internationale

La rédaction
visites
1089

Dans le sous-continent indien, le cessez-le-feu le long de la frontière indo-pakistanaise tient bon, de même que la décision des deux gouvernements de lancer un « dialogue composite » de haut niveau à partir du 16 février, décision prise par le Premier ministre Vajpayee et le président Moucharraf lors du sommet de l’Association d’Asie du Sud pour la coopération régionale (SAARC), qui s’est tenu à Islamabad les 4 et 5 janvier.

Entre-temps, des discussions ont été menées à propos de la situation dans le Cachemire indien. Les dirigeants du principal groupe indépendantiste, Hurriyat, ont rencontré les autorités indiennes pour la première fois depuis 15 ans : le vice-premier ministre indien Advani le 23 janvier, et le Premier ministre Vajpayee, le lendemain. Les deux parties ont appelé à mettre fin aux violences dans le Cachemire, qui ont fait plus de 60 000 morts depuis une décennie. Dans leur déclaration conjointe, les deux parties insistaient sur le dialogue, notant que tout progrès passe par la fin des violences « à tous les niveaux. » Les dirigeants de Hurriyat, coalition de groupes politiques musulmans, ont déclaré que « l’ensemble des dirigeants et de la population au Cachemire soutiennent le processus » d’entretiens entre l’Inde et le Pakistan, estimant que Vajpayee est le seul dirigeant indien à pouvoir apporter des résultats. Moucharraf a salué ces entretiens.

Sans doute pour favoriser cette dynamique, le gouvernement indien a décidé, le 6 février, de dissoudre le Parlement et de tenir des Elections anticipées, probablement en avril. Le parti du Congrès, qui représente l’opposition, n’a pas, pour l’instant, d’alternative à offrir et ne propose aucun programme économique ou infra structurel substantiel - le point faible du gouvernement actuel étant justement sa politique économique.

En même temps, l’Inde assume un rôle plus important dans les affaires internationales. Du 19 au 21 janvier, le ministre des Affaires extérieures, Yashwant Sinha, était à Washington, tandis que le ministre russe de la Défense, Serguei Ivanov, se trouvait à New Delhi. Le premier a déclaré à différentes reprises que les pays d’Asie du Sud doivent rechercher eux-mêmes des solutions durables aux problèmes régionaux. Sinha et ses interlocuteurs américains ont discuté des prochaines étapes de la « relation stratégique » indo-américaine. Avec des députés et sénateurs, il a discuté d’une coopération éventuelle dans la recherche spatiale, les technologies nucléaires et autres technologies de pointe.

Pendant la visite de Serguei Ivanov en Inde, les deux parties ont signé différents accords dans le domaine de la défense, comprenant un contrat de 1,5 milliard de dollars pour la vente du porte-avions russe rénové, Amiral Gorchkov. Le ministre russe a déclaré à RIA Novosti : « Nous n’avons pas de contradictions géopolitiques, culturelles ou autres. Nous avons des vues semblables non seulement sur les questions de politique générale, de défense et de l’ordre mondial, mais aussi sur les choses courantes de la vie quotidienne. » Il a mentionné la possibilité que la Russie, l’Inde et la Chine mettent au point conjointement un avion de combat de cinquième génération. En Inde, il a souligné que la Russie a déjà formé plus de 10 000 spécialistes militaires, scientifiques et techniciens indiens dans des institutions russes de la défense, notamment à l’Académie militaire de l’état-major. Ce processus est, selon lui, « permanent. »

Entre-temps, la coopération dans le « triangle stratégique » (Russie-Chine-Inde) reste une priorité pour les dirigeants russes. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Youri Fedotov, qui était en Inde le 28 janvier, a déclaré que « la Russie a de bonnes relations amicales avec l’Inde. Elle développe des relations amicales avec la Chine. Ainsi, toutes les pré-conditions sont réunies pour une coopération plus intense. » Le ministre des Affaires étrangères, Igor Ivanov, a confirmé qu’il rencontrera ses deux homologues à Moscou « dans un proche avenir » - probablement après les élections en Russie et en Inde.

Contactez-nous !