Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’« OAS américaine » et le nouveau terrorisme

La rédaction
visites
666
commentaire

Toutes les sonnettes d’alarme devraient retentir suite aux déclarations du secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, lors de la réunion des ministres de la Défense de l’OTAN, le 6 juin à Bruxelles. Il a en effet déclaré qu’il anticipait un terrorisme par rapport auquel le 11 septembre paraîtrait « modeste ».

Pour lui, la prochaine grande attaque terroriste n’est pas une question de « si » mais de « quand, où et comment ». Il a martelé qu’une « action préventive » pourrait être nécessaire à l’encontre des Etats voyous et des groupes terroristes et que, dans ce sens, il n’était pas indispensable d’avoir des « preuves absolues » avant de passer à l’action. « Si nous ne nous préparons pas promptement, nous pourrions bel et bien faire l’expérience d’attaques dans nos pays, qui rendraient les événements du 11 septembre modestes en comparaison. » Si les terroristes « peuvent attaquer à tout moment, en tout lieu, en utilisant n’importe quelle technique, alors qu’il est physiquement impossible de se défendre à chaque fois et en tout lieu contre n’importe quelle technique, il est nécessaire d’ajuster la définition de la défensive ». Selon Rumfsfeld, passer à l’offensive, comme l’Amérique l’a fait en Afghanistan, est « littéralement la seule manière de se défendre contre des groupes de pays qui ont des armes de destruction massive et sont enclins à les utiliser contre vous ». Parmi les pays mentionnés pendant les discussions à Bruxelles, figurent les trois de l’« axe du mal » - l’Irak, l’Iran et la Corée du Nord - mais aussi Cuba, la Libye et la Syrie.

Les déclarations de Rumsfeld rejoignent celles du président George W. Bush, le 1er juin à West Point, qui a brandi la menace d’une action « préventive ». Par ailleurs, le 6 juin, le vice-président Dick Cheney est allé très loin en affirmant que l’Irak pourrait fournir à des groupes terroristes des « armes de destruction massive » constituant une menace pour les Etats-Unis.

On peut se demander si l’« OAS américaine » - les éléments voyous au sein de l’appareil militaire et du renseignement, responsables des attentats du 11 septembre - planifient quelque horreur terroriste « impensable » pour faire accepter aux populations occidentales des mesures d’Etat policier à l’intérieur de leur pays et de nouvelles guerres à l’extérieur.

Contactez-nous !

Don rapide