Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’OTAN dans le bourbier des Balkans

La rédaction
visites
781
commentaire

Au cours de plusieurs incidents intervenus depuis début mars, des terroristes liés à la « Grande Albanie » - une section de l’« Armée de libération du Kosovo » (UCK) - ont tué au moins quatre policiers en Macédoine, alors que l’UCK avait jusque-là limité ce genre d’opérations à la région frontalière entre la Serbie et le Kosovo. Si l’« armée de libération » réussit à enflammer les Albanais de Macédoine, qui représentent environ un tiers de l’ensemble de la population macédonienne, un conflit armé serait presque inévitable, impliquant aussi la Bulgarie, la Grèce, l’Albanie, la Serbie - et l’OTAN.

En 1998-1999, l’ancienne secrétaire d’Etat américaine Madeleine Albright et le Premier ministre britannique Tony Blair ont créé un véritable « monstre de Frankenstein » en décidant de soutenir l’UCK sur les plans logistiques et diplomatiques, abandonnant le dirigeant modéré kosovo-albanais Rugova. L’UCK a joué un rôle clé dans le déclenchement de la guerre de l’OTAN contre Slobodan Milosevic, mais c’est Belzébuth qui exorcisait le Diable ! Après la guerre du Kosovo, l’UCK n’a pas désarmé et ne s’est pas dispersée, comme cela avait été convenu avec l’OTAN - elle a réorganisé ses forces, portant le combat pour une plus grande Albanie dans le sud de la Serbie, et maintenant en Macédoine.

Quoique les effectifs de l’UCK soit limités en nombre, les troupes de la KFOR de l’OTAN n’ont pas osé s’en prendre fermement à eux, de peur de se mettre à dos la population locale d’origine albanaise. Pour la même raison, le gouvernement macédonien a réagi avec modération aux provocations de l’UCK. Alors que, pour le moment, la majorité de la population ethniquement albanaise ne soutient pas les actions de l’UCK et ne sympathise pas avec elle, les gouvernements serbe et macédonien ne pourront plus très longtemps garder leur retenue. C’est exactement ce que veut l’UCK : déclencher un genre de guerre civile en Macédoine et en Serbie du Sud, opposant la minorité albanaise aux majorités slaves. Toutefois, un soulèvement des populations albanaises en Macédoine et en Serbie déclencherait inévitablement une guerre plus vaste, impliquant la Bulgarie et la Grèce, qui sont complètement opposées aux aspirations « grand-albanaises ». Il semble que, conformément à nos mises en garde d’il y a deux ans, la guerre du Kosovo conduira l’OTAN dans un bourbier des Balkans.

Contactez-nous !

Don rapide