Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

L’administration Obama confirme officiellement son opposition à tout retour au Glass-Steagall Act

La rédaction
visites
944
commentaires

Le 9 mars 2012 (Nouvelle Solidarité) – Après que plus de 23 000 Américains aient signé une pétition sur le site de la Maison-Blanche, appelant à réinstituer la loi Glass-Steagall imposant la séparation stricte entre banques de dépôts et banques d’affaires, la Maison-Blanche a envoyé un message à chacun des signataires pour leur expliquer son opposition. Ceci est obligatoire, selon les règles de la Maison-Blanche, une fois qu’un certain nombre de signataires de pétitions postées sur son site a été atteint. L’administration Obama en a toutefois profité pour retirer la pétition du site, sous prétexte qu’une fois qu’une réponse officielle a été donnée, elle n’a plus lieu d’être. Ceci signifie, en d’autres termes : « Oubliez tout ceci, circulez, il n’y a plus matière à discussion. »

L’argumentaire fourni par la Maison-Blanche est très pauvre et tissé de mensonges. La lettre, signée par le Directeur-adjoint du Conseil économique national de Barack Obama, un certain Brian Deese, contient les passages suivants, que nous citons ici pour lever l’ambiguïté soigneusement entretenue par Obama concernant son prétendu soutien à la séparation des activités bancaires :

« Dans la foulée de la pire crise financière depuis la Grande dépression, le Président a pris son bâton de pèlerin et a mis en place quelques unes des réformes financières les plus audacieuses de l’histoire. Ces réformes allaient en profondeur et visaient à résoudre des problèmes dans notre système qui se sont manifestés avec la crise. Le Président se bat sur une base quotidienne contre les intérêts privés qui désirent revenir en arrière, retarder, couper les moyens financiers alloués à ces réformes, ou bien les démanteler.

« La Réforme de Wall Street a accompli plusieurs choses, incluant la protection des consommateurs, ainsi que l’apport d’une transparence et d’un contrôle vis-à-vis d’institutions et de marchés qui avaient été soumis à aucune régulation auparavant. L’administration a choisi de ne pas simplement rétablir une séparation de type Glass-Steagall entre les banques commerciales et les banques d’investissement, préférant plutôt une approche plus approfondie, et ceci pour plusieurs raisons :

« Revenir simplement à Glass-Steagall n’aurait pas résolu les problèmes de notre système financier moderne ou empêché cette crise financière qui a conduit à la pire crise financière de notre époque (sic). Il est important de se rappeler que Glass-Steagall n’aurait pas empêché les problèmes les plus dramatiques de 2008. Glass-Steagall n’aurait pas évité les activités problématiques des institutions qui ont défini cette crise financière – Fannie Mae et Freddie Mac, Bear Stearns, AIG et Countrywide. »

A la place, la Maison Blanche a décidé de promouvoir la fameuse « Règle Volcker », que Paul Volcker lui-même a répudiée comme étant pratiquement sans aucune utilité. Tous les banquiers compétents savent que la faillite du système demeure plus que jamais à l’ordre du jour.

Entendre dans ce contexte le candidat François Hollande affirmer aux journalistes de la presse anglo-américaine qu’on « pourrait dire qu’Obama et moi avons les mêmes conseillers » n’est pas pour nous convaincre qu’il comprend réellement les enjeux du sujet.

Voir les 3 commentaires

  • Vivien • 10/03/2012 - 20:07

    Il est vrai que cette mesure de séparation des banques d’affaires et dépôts ne vient pas en numéro un dans la campagne de François Hollande et n’est pas une condition majeure à la réussite de son programme, à part la croissance.
    Manuel Valls n’en a même pas parlé lors de sa confrontation avec Bayrou, ce qui aurait marqué une différence notoire avec son adversaire.
    Lorenzi, économiste qui conseille François Hollande fait parti du Cercle des Economistes et non pas des économistes attérés qui proposent,eux, de sortir du cadre ! Ceci explique sans doute cela....

    Répondre à ce message

  • petite souris • 09/03/2012 - 21:02

    J’espère que ces 23.000 américains recommenceront leur démarche à laquelle de très nombreuses personnes viendront grossir leur nombre !!!!

    Quant aux arguments de la Maison Blanche, je préfère en rire !!!! et constate que le ridicule a encore de beaux jours ...

    Répondre à ce message

  • libertad • 09/03/2012 - 17:36

    en tout cas bravo pour vos differentes interventions recentes devant l’ensemble des journalistes qui je le deplore s’adressent a vous en oubliant les regles essentielles de respect et politesse.

    puissiez vous faire bonne figure face aux autres candidats et surtout face aux journalistes aux ordres , qui plutot que de mener leur enquete a votre sujet , s’en referent aux articles infamants et non fondés sortis a l’epoque pour vous diabioliser ...

    vive Jacques cheminade

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide