Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’administration Obama veut vraiment bouffer du russe

La rédaction
visites
2220

5 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Alors que les principaux chefs de l’Etat-major américain sont mobilisés pour empêcher la Maison Blanche de déclencher un conflit mondial en Asie du Sud-ouest, l’administration Obama persiste à faire monter la tension avec la Russie, utilisant la mise en place de son Bouclier antimissile (BAM) en Europe de l’Est.

Vendredi à Washington, Ivo Daalder, ambassadeur américain à l’OTAN, a déclaré à la presse : « Les menaces émanant d’Iran augmentent même plus rapidement qu’il y a deux ans (…) Nous allons réaliser toutes les quatre étapes de la mise en place du bouclier, que cela plaise ou non à la Russie ». Dans sa lancée, Daalder a qualifié de manœuvre électorale l’intervention du président russe Medvedev, qui a annoncé le 23 novembre des mesures de riposte stratégique contre le BAM.

Dans sa réponse, Dimitri Medvedev a réitéré son appel au dialogue tout en rappelant que la Russie venait d’activer le radar d’alerte précoce antimissile situé dans l’enclave de Kaliningrad. De son côté, Dimitri Rogozine, représentant permanent de la Russie auprès de l’OTAN, a maintenu que la Russie a besoin de garanties pour s’assurer que le projet de BAM ne nuira pas à se défense stratégique : « Nous insistons pour qu’ils fournissent les preuves de ce qu’ils disent », a-t-il déclaré dimanche à Ria Novosti. « S’ils nous fournissent des caractéristiques techniques et tactiques (des missiles, ndlr) ainsi que la possibilité d’utiliser intégralement la télémétrie des essais du bouclier, et d’adjoindre ces données dans un accord juridiquement contraignant, alors on pourra faire confiance, tout le reste étant de la propagande ». Répondant aux provocations de Daalder, Rogozine a ajouté : « Si nos collègues américains souhaitent recevoir un signal encore plus ferme après le 4 décembre, ils peuvent compter là-dessus ». Rappelons que Rogozine a proposé au mois d’octobre à l’OTAN un projet de bouclier conjoint destiné non seulement à annihiler tout missile nucléaire lancé, mais aussi à protéger la Terre contre les astéroïdes. Mais si les Etats-Unis persistent, Medvedev a annoncé que la Russie déploierait des moyens offensifs garantissant la destruction des installations américaine en Europe de l’Est.

L’OTAN et la Russie doivent se rencontrer jeudi à Bruxelles...

Contactez-nous !