Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’aspect anti-saoudien de la stratégie de tension

La rédaction
visites
860

Passant en revue les enquêtes menées en Espagne depuis le 11 mars, Knut Mellenthin écrivait dans Junge Welt, un quotidien de gauche de Berlin, qu’il n’y a pas beaucoup de substance pour soutenir la ligne officielle sur la responsabilité d’Al-Qaida. Il y a deux semaines, le même auteur avait comparé les attentats de Madrid à la stratégie de tension menée en Italie il y a 20 ans.

L’élément central de la piste Al-Qaida est un sac de sport bourré d’explosifs, trouvé à la gare centrale de Madrid, qui n’a pas sauté parce que le téléphone mobile placé à l’intérieur, qui devait allumer la charge, était défectueux. Mellenthin se demande s’il s’agit d’une « fausse piste volontairement créée. » C’est en tout cas ce sac qui a mené à l’identification des auteurs islamistes présumés de l’attentat. De même, il trouve peu concluante l’histoire des 100 kilos d’explosifs volés par un collaborateur des « terroristes islamistes » - un criminel de droit commun bien connu de la police - dans une mine du nord de l’Espagne, sans que le vol ait été remarqué.

En outre, il se trouve que les 20 Marocains arrêtés en Espagne sont connus et surveillés depuis des années par les autorités espagnoles. A la suite du 11 septembre 2001 et de l’attentat perpétré l’année dernière à Casablanca, différentes arrestations et perquisitions ont été effectuées parmi les membres de ce qu’on présente maintenant comme une « cellule terroriste marocaine », sans donner de résultats probants. Mais la surveillance des Marocains résidant en Espagne s’est certainement poursuivie. Comment expliquer, dès lors, que le réseau d’Al-Qaida en Espagne ait pu préparer une opération terroriste aussi sophistiquée alors que ses membres étaient connus et surveillés de près par la police.

D’autres questions se posent sur le rôle d’un certain Jean-Charles Brisard, qui a laissé filtrer des informations venant, dit-il, de dossiers officiels apparemment secrets en Espagne. D’origine française, Brisard est le co-auteur du livre La vérité interdite, qui accuse l’Arabie saoudite d’être responsable des attentats du 11 septembre 2001. Il travaille également pour un cabinet juridique américain qui a intenté des actions en justice contre de nombreux princes et banques saoudiens pour complicité présumée dans les attentats. Mellenthin écrit à ce propos : « En raison de ses critiques par trop évidentes de la coopération entre le clan Bush et les Saoudiens, Brisard s’est attiré l’attention et les applaudissements de la gauche politique. Ce qui échappe ici, c’est que son intérêt principal est apparemment de porter atteinte à la coopération entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite - ce qui correspond parfaitement à la stratégie des propagandistes néo-conservateurs d’une Quatrième Guerre mondiale contre les pays islamiques. »

Contactez-nous !