Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’effet de levier inversé (deleveraging) fera chuter les marchés

La rédaction
visites
1845

Paris, le 5 août 2008 (Nouvelle Solidarité) —Jean-Christope Dourret, responsable de l’analyse technique chez Oddo Securities, prédit, dans les pages du quotidien Les Echos du 5 août, une correction brutale, par vagues descendantes, des toutes les valeurs boursières dans les mois qui viennent.

En août 2007 la crise avait démarré avec des chutes de 30% des valeurs financières, mais depuis le début de cette année, ce sont les valeurs liées à la construction, à la consommation et l’automobile, qui perdent autant sinon plus que les financières. En fait, les investisseurs ont devancé en quelque sorte les conséquences de la crise sur la consommation dans tous ces secteurs.

Le spécialiste de cette institution financière, qui avait ouvert le bal des pertes liées aux subprime en août 2007, prédit ensuite une nouvelle vague descendante au quatrième trimestre devant frapper notamment les valeurs liées à la chimie ou à l’énergie. Dans ce contexte, il n’est pas exclu que le CAC 40, qui a eu de la peine à remonter à 4.300, puisse chuter à 3700 points dans un premier temps. Une autre spirale descendante commencerait à partir de novembre 2008 et jusqu’en mars 2009, portant l’indice phare des valeurs françaises jusqu’à 3500 points, où il serait rejoint, en pourcentage, par les autres indices vedettes internationaux.

Bien que l’analyste ne soit pas totalement fixé sur le calendrier de ces vagues descendantes, il est convaincu que la spirale de baisse aura bien lieu comme il l’annonce. De fait, on voit déjà ce processus se produire. Si l’on prend le cas de la Société Générale qui vient de publier son bilan pour le deuxième trimestre, elle dit avoir déprécié ses avoirs liés aux subprimes à 95%. Mais les pertes commencent à avoir lieu ailleurs, dans les secteurs frappés par la première vague des pertes : les prêts immobiliers ont chuté de 4% depuis le début de l’année, et auront pour conséquence moins d’achats de logements ou moins des mises en chantier. De plus, les capacités de prêter de la SocGen seront réduites par le fait que les Français ont réduit leurs investissements en bourse de 13,5% dans la même période, donc moins de commissions pour les banques, etc.

Le seul problème avec ce scénario est que son auteur présuppose que ce processus s’épuisera de lui-même, allant son petit bonhomme de chemin vers sa fin. Il présuppose également une chute ordonnée et mécaniste alors que ce processus ressemblera plutôt à un Maelstrom qui engloutit tout ce qu’il trouve sur son passage. Alors, face à ce danger, arrêtons vite le Siné-ma, et organisons un nouveau Bretton Woods !

Pour creuser le sujet focus

Contactez-nous !