Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’effondrement financier s’accélère

La rédaction
visites
711

« C’est un krach », a dû admettre Norbert Walter, économiste en chef de la Deutsche Bank, le 30 septembre. En réalité, ce qui arrive dans la finance mondiale est plus qu’un « krach », c’est une crise systémique !

Si les krachs d’octobre 1987 et de l’automne 1998 ont pu être « contrôlés » grâce à des injections massives de liquidités et autres astuces comptables, aujourd’hui, par contre, la dynamique est totalement différente. Depuis 31 mois déjà, le cours des actions dans le monde entier est en baisse et cet effondrement ne cesse de s’accélérer. Bien que les années 2000 et 2001 aient été catastrophiques sur les marchés financiers, le premier semestre de 2002 s’est avéré encore plus mauvais. Puis, au troisième trimestre, le Dow Jones (-15%) et le S&P-500 (-18%) ont connu leur plus grand plongeon trimestriel en 15 ans. Si l’on prend aussi en compte le deuxième trimestre, le S&P-500 a connu son pire semestre (-29%) en 28 ans. Le Nasdaq a perdu 75% par rapport à son sommet du printemps 2000, la plus forte chute depuis les années 20 pour un indice boursier.

En Allemagne, le DAX a connu son plus fort déclin (-37%) depuis 1959. Sur les 30 titres de l’indice, neuf ont vu la valeur de leurs actions chuter de moitié au cours du troisième trimestre, dont Allianz, HypoVereinsbank, Müchener Rück et Commerzbank. Quatre autres titres (Deutsche Telekom, Infineon, Epcos et MLP) ont perdu plus de 90% de leur valeur depuis le sommet de l’année 2000. Quant au Japon, les marchés boursiers ont chuté jusqu’au niveau d’août 1983.

Le quatrième trimestre s’est ouvert sur une panique internationale affectant les actions des banques et des compagnies d’assurance, car, en raison de la forte augmentation des créances douteuses, des pertes boursières et des désastres sur les produits dérivés, on prévoit l’effondrement d’au moins une grande institution financière. JP Morgan Chase, qui détient 26 000 milliards de dollars en produits dérivés, vient d’annoncer la suppression de 4000 emplois suite à la contraction de sa capitalisation boursière, qui est passée de 106 à 33 milliards de dollars au cours des 18 derniers mois. Le 7 octobre, des rumeurs concernant des problèmes de liquidités à la Commerzbank ont fait plonger le cours de ses actions, ainsi que celles de la Deutsche Bank, à un niveau jamais atteint en une décennie. Le même jour, une nouvelle chute des actions des banques japonaises a fait plonger le Nikkei à un niveau jamais atteint depuis juin 1983.

Contactez-nous !