Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’enjeu des élections au Bundestag

La rédaction
visites
802

Les 24 et 25 août, les chaînes nationales allemandes ARD et ZDF ont diffusé le spot électoral d’Helga Zepp-LaRouche, candidate à la chancellerie pour le Mouvement des droits civiques-Solidarité (BüSo). Au centre de cette intervention de 90 secondes, trois thèmes principaux : le danger de guerre contre l’Iran, suite à un nouvel attentat terroriste, selon le scénario du réseau de néo-conservateurs et de « tordeurs de cuillères » proches de Dick Cheney, la nécessité pour l’Allemagne de sortir du traité de Maastricht et de revenir au mark, et l’adoption d’un programme d’investissements dans l’infrastructure publique, permettant de créer dix millions de nouveaux emplois productifs.

Le 22 août, le BüSo a tenu à Berlin une conférence sur la politique étrangère que l’Allemagne devrait adopter, à laquelle assistaient soixante-cinq invités, venant d’institutions politiques et universitaires, ainsi que des diplomates. Les orateurs étaient Helga Zepp-LaRouche et le colonel Jürgen Hübschen (cr), ancien attaché militaire à Bagdad.

Le même jour, une équipe de NDR, la radio régionale du nord de l’Allemagne, a monté une provocation grotesque contre le BüSo. Alors qu’elle filmait un rassemblement du parti à Leipzig, l’équipe de télévision, conduite par Gregor Petersen, a interpellé de jeunes militants en leur lançant des accusations clairement diffamatoires, telles que « le BüSo est antisémite ». Le comité exécutif a aussitôt envoyé une protestation à NDR, dénonçant cette tentative de « perversion monstrueuse de la vérité » qui se situe dans le droit fil des « coups fourrés » pratiqués par les cercles d’extrême-droite aux Etats-Unis.

En effet, dans le passé, NDR a calomnié le mouvement larouchiste à maintes reprises, sous l’égide du directeur de l’information, Jay Tuck, un Américain étroitement lié aux réseaux néo-conservateurs américains. Tuck est l’un des rares journalistes à avoir obtenu le statut de « embedded reporter » auprès des forces armées américaines engagées dans la guerre d’Irak, en 2003. En 1991, il était le réalisateur du journal du soir, Tagesthemen, qui diffusa une attaque diffamatoire contre Helga Zepp-LaRouche et le mouvement larouchiste international.

Compte tenu de l’existence d’autres graves provocations à Leipzig, qui sont actuellement sous investigation, la provocation de NDR doit être analysée dans le contexte de la directive spéciale du Pentagone « 3600.1 ». Signée en décembre 2002, celle-ci autorise la prise de « mesures extraordinaires » en dehors du sol américain, contre des adversaires de la politique étrangère et militaire des Etats-Unis, y compris en faisant appel à des réseaux « amicaux » dans les médias étrangers.

Le 28 août 2005, Lyndon LaRouche a publié une déclaration sur la situation politique en Allemagne. Dans les élections au Bundestag du 18 septembre, écrit-il, « il n’y a que deux candidats à la chancellerie qui sont d’importance : le chancelier Gerhard Schröder et Helga Zepp-LaRouche. (....) Ce sont les thèmes qu’elle a soulevés, et elle seule, notamment dans son spot télévisé, qui façonneront, nous l’espérons, l’avenir d’un nouveau mandat possible de Schröder et celui de toute l’Europe pendant les dangereux mois et semaines à venir après le 18 septembre. (...) »

Entre-temps, les rivaux de Schröder et de Zepp-LaRouche, comme Merkel, Stoiber et Westewelle à droite, Lafontaine et Gysi à gauche, ont choisi la voie vers le désastre, non seulement pour l’Allemagne mais pour toute l’Europe.

« Bien que la campagne d’Helga Zepp-LaRouche ne dispose que de ressources très limitées, c’est en fin de compte le sort de l’Europe qui en dépend. Elle a toutes les qualifications pour devenir chancelière en cette période de grave crise européenne et mondiale, et certains de ses adversaires la redoutent précisément pour cette raison. Même si elle ne parvient pas à rallier le soutien nécessaire en cette période [pour être élue], elle est la seule candidate à avoir proposé et défini clairement la perspective programmatique dont dépend le sort de l’Allemagne et bien au-delà. La marge de soutien qu’elle recevra sera déterminante pour l’orientation des politiques du prochain gouvernement allemand, pour le meilleur ou pour le pire », affirme LaRouche.

Contactez-nous !