Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’enquête sur la mort de Calipari soulève l’indignation en Italie

La rédaction
visites
758

La Commission d’enquête sur la mort de Nicola Calipari, l’officier de renseignement italien tué à Bagdad le 4 mars, a acquitté tous les membres de la patrouille américaine qui avait tiré sur lui et blessé Giuliana Sgrena, l’otage qui venait d’être libérée.

Les deux membres italiens de la Commission ont cependant refusé de signer les conclusions. Le Département d’Etat américain et le ministère italien des Affaires étrangères ont publié le 29 avril une déclaration reconnaissant le désaccord : les enquêteurs, peut-on lire, « ne sont pas parvenus à des conclusions partagées » et doivent maintenant « se référer aux autorités nationales respectives, conformément aux règles et aux procédures en vigueur dans leur pays ».

Cet acquittement, qui est le résultat de la ligne dure maintenue par le Pentagone et le vice-Président Dick Cheney, est considéré par les Italiens comme « une gifle ». Un diplomate italien ayant gardé l’anonymat a déclaré au Washington Post : « George Bush n’a pas aidé son ami Berlusconi au moment où il en avait besoin. » Bien que les deux gouvernements maintiennent que l’affaire Calipari n’affectera pas le déploiement italien en Irak, elle est considérée en Italie comme une insulte à la dignité nationale et elle ne disparaîtra pas du débat politique.

Le rapport de la Commission accuse les Italiens de ne pas avoir informé les autorités de la sécurité américaine de l’itinéraire emprunté par la voiture transportant Calipari, qui ne se serait pas arrêtée après les premiers avertissements lancés par la patrouille américaine. Selon des informations données par le Pentagone à la chaîne CBS, les images par satellite montrent la voiture franchissant le point de contrôle à 95 km/heure. Mais lorsque la Commission a demandé à voir ces images, le Pentagone a répondu qu’elles n’existaient pas...

De leur côté, les autorités italiennes maintiennent que la voiture transportant Calipari roulait à 40 km/heure, que les Américains ont tiré sans avertissement et que les autorités américaines avaient été informées une demi-heure avant l’arrivée de la voiture. Cette version devrait être confirmée dans un rapport officiel que le gouvernement doit produire prochainement.

Contactez-nous !