www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

L’éviction de Musharraf met en danger le Pakistan, l’Inde et toute l’Asie

La rédaction
2039 visites

15 août 2008 (LPAC) - La destitution du président pakistanais Pervez Musharraf est en marche, et ne manquera pas de servir les intérêts britanniques et saoudiens. D’après les dernières nouvelles, il pourrait bien être forcé à remettre sa démission dans les jours qui viennent. Son éviction pose non seulement un problème de sécurité intérieure pour le Pakistan, mais représente un danger immédiat pour l’Inde.

JPEG - 33.3 ko

« Si Washington, sous la pression de Londres et de ses manipulations, applique des sanctions en réponse à l’éviction de Musharraf, l’instabilité régionale s’accroîtra et se diffusera rapidement à toute l’Asie Centrale et l’Asie du Sud-Ouest », a expliqué Lyndon LaRouche. « J’appelle à ce que le calme prévale et qu’avant de mettre Musharraf à la porte, on en mesure pleinement les conséquences ».

Les pourparlers se sont déroulés sous l’oeil vigilant de Mark Lyall Grant, directeur politique du Foreign Office britannique et ancien représentant de sa Majesté au Pakistan, ainsi que d’une délégation d’Arabie Saoudite. Cette présence semble indiquer que l’appareil de la diplomatie parallèle britannique issue du partenariat “Al Yamamah” [*] est en action au Pakistan. D’autant plus que la contrepartie saoudienne dans ce système, le prince Bandar, aurait utilisé ces fonds pour financer les moudjahidins afghans dans la lutte anti-soviétique pendant les années 80, des groupes qui sont ensuite devenus la structure des Talibans et d’Al Qaeda.

Certains signes indiquent également que les groupes terroristes sponsorisés par le MI6 et l’ISI [les services secrets britanniques et pakistanais] [**], et qui étaient basés dans la zone tribale pakistanaise pour entraîner les talibans du Pakistan, se sont redéployés ces derniers jours dans le Cachemire pour y commettre des violences. Les évènements dans la partie indienne du Cachemire qui ont déjà fait une quarantaine de morts ces derniers jours, ont été provoqués en grande partie par ces terroristes. L’éviction de Musharraf renforcera les relais pakistanais d’« Al Yamamah », tout en affaiblissant la position américaine. Mais Washington a déjà donné son feu vert pour le départ de Musharraf, espérant qu’un consensus s’installera à Islamabad, favorisant ainsi le maintient de la ligne d’approvisionnement des 65000 soldats de l’Otan qui s’étire du port pakistanais de Karachi jusqu’à l’Afghanistan. LaRouche n’a pas manqué de qualifier ces espérances de « diplomatie incompétente ».

« C‘est précisément à cause de l’implication d’ « Al Yamamah » que j’appelle à stopper la marche vers l’éviction de Musharraf. On ne devrait pas permettre à la bande à Bandar, de présider au destin du Pakistan, car c’est ce vers quoi nous allons si Musharraf est évincé. Il faut faire face au problème du narco-terrorisme autour des Talibans et d’Al Qaida, car pour l’instant il bénéficie du soutien de ces factions britanniques et saoudiennes. Si on leur en laisse l’occasion, ils vont dévaster toute la région, ce qui ne sert évidemment ni l’intérêt américain, ni aucun intérêt régional », a t-il conclu.


[* cf. Scandal of the Century Rocks British Crown and the City, EIR, n°25, vol. 34, du 22 juin 2007, traduction française http://solidariteetprogres.org/article3002.html

[** cf. The British Plan To Recolonize The Subcontinent Is Gaining Ground, EIR, n°28, vol. 35, du 18 juillet 2008 ; http://www.larouchepub.com/other/2008/3528brut_recolonize_subcont.html

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Autres articles
Plus d'articles

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet