Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

AccueilActualité
Brèves

L’horrible visage des marchés financiers

La rédaction
visites
3101
commentaires

5 février 2010 (Nouvelle Solidarité)—Les fauves sont lancés contre les Etats et les populations. Depuis quelques jours, on voit les « marchés financiers » sortir de l’ombre et des cabinets feutrés des institutions financières où depuis bien longtemps ils concoctent les politiques des Etats, pour dicter leurs politiques ouvertement, souvent même par voie de presse, aux Etats. Après avoir obligé les Etats à les renflouer, maintenant ils les obligent sous le poids de la contrainte à couper dans la « grèce », mais aussi dans la chair, afin d’assainir les budgets.

Et c’est cette stratégie des marchés financiers qu’explique Olivier Blanchard, l’économiste en chef du FMI, tout simplement dans une interview publiée par Sophie Fay du Nouvel Observateur dans leur numéro du 4-10 février. « Ce qui se passe dans ce pays [la Grèce] est un signe avant coureur des problèmes que beaucoup d’autres nations vont avoir dans les mois ou les années qui viennent. La crise a creusé des déficits importants. Ils étaient nécessaires, j’en suis convaincu. Mais tôt ou tard il faudra ajuster les comptes publics, et pour certains pays l’échéance arrivera plus vite que pour d’autres. ». A la question de la journaliste si « La Grèce n’est pas surtout sous pression des investisseurs et des spéculateurs », Blanchard répond sans détour qu’en effet, « il y a un jeu entre les marchés et les gouvernements. Les investisseurs s’inquiètent. Cela met la pression sur les gouvernements. L’exécutif grec a annoncé » un plan. Maintenant, il faut qu’il le mette en œuvre ». Lorsque la journaliste lui demande s’il implique que « La spéculation aurait donc un rôle positif ? », Blanchard répond : « C’est toujours un jeu dangereux, mais, d’un point de vue cynique, on peut répondre oui. Les gouvernements ont toujours du mal à faire spontanément des réductions budgétaires. Ils ne le font que sous pression, soit parce qu’ils y sont contraints par une règle comme le Traité de Maastricht, soit parce qu’ils ont peur de la réaction des marchés financiers ».

Dans sa conclusion, Blanchard se lance sur la France exigeant l’allongement de l’âge de la retraite. A cause de l’augmentation des dettes et des déficits, « certaines grandes réformes qu’il fallait faire avant la crise sont encore plus urgentes, en particulier la réforme des retraites. Là, il faut faire le nécessaire pour que le système soit financé. Le recul de l’âge de la retraite est la solution la plus logique ».


L’alternative :


Voir les 3 commentaires

  • citoyen01 • 06/02/2010 - 13:16

    Plus que les marchés financiers, le gouvernement grec devrait redouter la fureur de sa population qui s’est déjà manifestée une fois... Gare à ces maudits spéculateurs, la colère populaire pourrait les balayer comme des fétus de paille ! à force de mettre la pression, de vouloir mater l’intégrité nationale la situation pourrait vite devenir incontrolable et s’étendre à toute l’europe

    Répondre à ce message

  • alméria • 05/02/2010 - 19:28

    Malheur à ces dominants au visage bien blanc, à l’allure bien pensante. Qui font leurs études aux USA ou dans des écoles de commerce et qui nous écrase avec leurs pseudos connaissances.
    Je travaille depuis l’âge de 17 ans et il semble impossible de pouvoir travailler après 60 ans.
    Que ce monde soit pulvérisé ou bien il ne reste plus qu’a se suicider.
    La vie n’a pas beaucoup d’intérêt pour les dominés que nous sommes.
    Tout est privatisé, la réussite aux examens, la propriété de l’espace, les rencontres, l’accès aux connaissances etc.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 05/02/2010 - 19:07

    Manque pas d’air le "fauve" Olivier ! c’est plutôt lui qui est cynique !

    Manque pas de pudeur le sieur Blanchard en disant :
    "Le recul de l’âge de la retraite est la solution la plus logique" ! Bien sûr, pour lui, il s’agit d’un salaire "international" et sans impôt avec un nombre de chiffres supérieur à celui de l’ouvrier !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide