Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’hyperinflation sur les matières premières et l’éclatement de la bulle boursière

La rédaction
visites
1312

L’hyperinflation à la Weimar entraîne le prix des métaux précieux et industriels vers des sommets sans précédent, en dépit de baisses occasionnelles, le temps d’empocher les profits. Parallèlement à la ruée sur les biens tangibles, la confiance dans les titres financiers, notamment les actions, et dans les devises, en particulier le dollar, diminue rapidement au niveau international.

Ces derniers jours ont vu fleurir dans la presse financière internationale une multitude d’articles et de commentaires inquiets de l’évolution actuelle. C’est ainsi que le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung (13 mai) consacra un long article à la « ruée sur l’or », soulignant les craintes d’hyperinflation et d’effondrement du système chez les investisseurs. Le quotidien citait ce vendeur de métaux précieux pour qui « les employés des grandes banques sont parmi mes meilleurs clients ».

Le prix de l’or avait clôturé l’année 2001 à 276 dollars l’once. En 2002, il gagnait 66 dollars, pour atteindre 342 dollars, puis 75 dollars de plus pour atteindre 417 dollars en 2003. Un an plus tard, il se situait à 438 dollars, avant de reprendre encore 75 dollars pour atteindre les 513 dollars en 2005. Or en 2006, en moins de cinq mois, le cours du métal jaune a déjà grimpé de 213 dollars (42 %), clôturant à 726 dollars à Londres le 12 mai. L’essentiel de cette hausse s’est produit au cours des deux derniers mois (181 dollars). Par ailleurs, le cours de l’argent, sur le bullion market de Londres, a monté cette année de 8,83 dollars, atteignant les 14,94 dollars l’once, soit une augmentation de 69 %, tandis que le prix du palladium et du platine atteignait des hauteurs record.

Pour ce qui est des métaux industriels, le cuivre présente l’évolution la plus vertigineuse. A la bourse des métaux de Londres, son prix se situait au début de l’année à 4537 dollars la tonne. Début février, il franchissait le seuil des 5000 dollars ; à la mi-avril, il atteignait 6000 dollars, passant à 7000 à la fin du mois. Début mai, il franchit la barre des 8000 dollars, clôturant à 8619 dollars le 12 mai, ce qui représente une augmentation de 90 % depuis le début de l’année. Les prix du zinc et du nickel ont atteint des records, et celui de l’aluminium est au plus haut depuis 17 ans. Cette inflation des prix des métaux industriels, combinée au prix record de l’énergie, alourdit terriblement les coûts de production dans les secteurs industriels - de la production automobile à la machine-outil.

La perspective d’une inflation de plus en plus forte et, par conséquent, de la montée des taux d’intérêt commence à inquiéter sérieusement les acteurs qui investissent dans les différentes bulles, depuis la bulle boursière jusqu’à celle de la dette des pays émergents. C’est ainsi que l’on a assisté, dans la deuxième semaine de mai, à la plus forte liquidation d’actions sur la bourse américaine depuis un an et à la plus forte chute hebdomadaire des bourses européennes depuis août 2004. Le 12 mai, la rémunération sur les bons du Trésor américains à 10 ans a franchi la barre de 5,2 %, pour la première fois en quatre ans, provoquant des ventes paniques de titres de marchés émergents et de devises d’un bout à l’autre de la planète. Certaines devises latino-américaines, comme le réal brésilien et le peso mexicain, ont enregistré le plus grand recul depuis plusieurs années.

Contactez-nous !