Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

L’industrie allemande dans un piteux état

La rédaction
visites
693

Ces derniers trois mois, une série de licenciements et de dégraissages dans l’industrie allemande vient démentir la propagande officielle sur la « reprise imminente » de l’économie. La chute de la deuxième entreprise du bâtiment, Philipp Holzmann, est dramatique : 17 000 emplois dans cette compagnie et 40 000 autres chez des sous-traitants et fournisseurs sont menacés. Lors de leur réunion du 21 novembre, les directeurs de Holzmann et les banques créancières n’ont pas pu se mettre d’accord sur un crédit-relais de 3 milliards de marks, si bien que l’entreprise se trouve à deux doigts d’une faillite totale.

La crise de Holzmann illustre bien les problèmes de ce secteur outre-Rhin. Pour tenter de compenser de grosses pertes dues à l’abandon de projets en Asie en 1997-1998, la direction de Holzmann s’est aventurée dans des projets de développement immobilier risqués en Europe, pour lesquels les contrats ne couvraient pas les coûts réels. Deux de ces projets ont capoté, occasionnant des pertes de 2,4 milliards de marks qui sont venues s’ajouter aux pertes antérieures de 5 milliards de marks datant de la crise immobilière de 1995-1996. Dans le cas de Holzmann, on voit aussi à l’oeuvre le « nouveau paradigme financier » de la Deutsche Bank, principale créancière et premier actionnaire de cette entreprise du bâtiment. On pense même que cette banque a encouragé la direction de Holzmann à accepter des offres de contrats inférieures aux coûts, et qu’elle a joué un rôle important en faisant obstacle à un plan de sauvetage financier pour l’entreprise.

Cependant, la faillite de Holzmann n’est pas un cas isolé, la situation dans l’ensemble du secteur allemand du bâtiment est catastrophique. Dans son rapport de septembre, l’industrie du bâtiment fait état d’une baisse de 9 % des nouveaux contrats. La construction de l’infrastructure, qui dépend en grande partie du financement public, a chuté de 13,9 %. C’est encore pire dans la partie orientale du pays où l’activité a diminué de 14,4 %.

Par ailleurs, Adtranz, la division de technologie ferroviaire de Daimler-Chrysler, va supprimer 3000 emplois, tandis que ABB-Alsthom a réduit d’environ 30 % son personnel et le nombre de ses sites de production.

Contactez-nous !