Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

23 juin - Guerre, choléra et famine au Yémen : la complicité criminelle des occidentaux dénoncée à l’ONU Lire 22 juin - Surréaliste : la lutte antifraude fiscale européenne s’installe au Luxembourg ! Lire 22 juin - Spécial Bourget : gros plan sur le programme spatial de Jacques Cheminade Lire
AccueilActualité
Brèves

La BCE réaffirme son mépris pour la population

La rédaction
visites
1936
commentaire

10 janvier 2008 (LPAC) - Pour sa première conférence de presse de l’année, Jean Claude Trichet, gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE) a appelé les 27 gouvernements de l’Union européenne à contenir le risque d’une « spirale » inflationniste et à préserver la « stabilité monétaire » en refusant toute concession aux syndicats de travailleurs sur les augmentations de salaire. Il a parlé d’ « un message clair » pour les gouvernements de ne pas faiblir dans la marche de leurs « réformes ».

Jean Claude Trichet a dit et répété que la BCE n’était « pas neutre » et qu’elle était « pleinement préparée à intervenir » par « étapes préventives », ce qui est considéré comme une menace à peine voilée d’augmenter les taux d’intérêt.

Un représentant de l’EIR est intervenu en rappelant que si l’inflation, selon la BCE, est à 3,1 %, ce chiffre ne reflète absolument pas la dynamique réelle où les prix des produits alimentaires, de l’essence et du fioul s’envolent. De plus en plus de gens le reconnaissent « comme l’économiste américain Lyndon LaRouche a déjà mis en garde, nous sommes au début d’un processus d’hyperinflation ». Il a ensuite demandé à Trichet « qui sera le prêteur en dernier recours si la situation tourne au pire en 2008 ? ». Vraisemblablement irrité, le gouverneur de la BCE a répondu que son institution n’avait pas vocation à s’occuper des « problèmes de solvabilité », c’est-à-dire qu’en cas de faillite des banques européennes, il n’interviendrait pas pour empêcher la banqueroute de l’économie.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide