Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

La BRI enterre les illusions de « reprise »

La rédaction
visites
631
commentaire

Le 27 mai, la Banque des règlements internationaux (BRI) de Bâle a publié sa dernière étude trimestrielle, accompagnée d’un communiqué de presse intitulé « Affaiblissement de la confiance en une reprise soutenue ». Dans son jargon bancaire caractéristique, la BRI note :

« Les premiers mois de 2002 ont dissipé le sentiment d’exubérance apparu sur les marchés financiers au quatrième trimestre. Entre le début de l’année et la première semaine de mai, les cours des actions se sont repliés et, aux Etats-Unis, les taux longs se sont détendus à mesure que s’affaiblissait la confiance en une reprise économique soutenue. (...) Les espoirs des investisseurs ont été anéantis par l’absence de signes de redressement des résultats des entreprises accompagnant l’amélioration de l’ensemble de l’économie. En outre, les cours des actions ont été affectés par le scepticisme persistant concernant les pratiques d’information financière et de comptabilité des entreprises, de nouvelles allégations au sujet de recommandations biaisées d’analystes financiers et une soudaine défiance envers les entreprises fortement endettées à court terme. »

Il semble que la BRI, mais aussi un nombre croissant d’investisseurs, aient compris que la « reprise » de l’économie américaine reposait sur de la fraude et de la désinformation. Le 30 mai, le dollar a chuté à nouveau, atteignant son plus bas niveau en seize mois par rapport à l’euro et en six mois par rapport au yen. Par rapport au franc suisse, le dollar a perdu 8,4 % depuis février et 13,5 % depuis juillet 2001, pour se retrouver à son plus bas niveau depuis vingt-neuf mois. Le bruit court que les autorités suisses pourraient prendre des mesures d’urgence comme dans les années 70, c’est-à-dire établir des contrôles de capitaux ou des taux d’intérêt négatifs.

Le 30 mai, l’agence d’évaluation financière Moody’s est venue à la rescousse du dollar américain en abaissant la note de la dette du Japon, qui se situe désormais en dessous de celle du Botswana et de la Lettonie. Par ailleurs, le prix de l’or est monté à 327,5 dollars le 31 mai, ce qui constitue son plus haut niveau depuis octobre 1999.

En même temps, les Etats-Unis sont frappés par le tarissement des flux financiers venant de l’étranger. Certaines sources financières font état du retrait d’importants investissements étrangers (de la part, par exemple, d’investisseurs de la région du Golfe) suite au 11 septembre. Selon les dernières estimations, l’achat d’actions américaines par des étrangers ne représente plus que 2 milliards de dollars par mois, à comparer au niveau moyen de 12 milliards en 2000 et 2001.

Contactez-nous !

Don rapide