Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La BRI tire la sonnette d’alarme

La rédaction
visites
774

Une mise en garde alarmante en ce qui concerne la fragilité du système financier mondial vient d’être formulée par le président de la Banque des règlements internationaux (BRI), Urban Bäckström, également gouverneur de la Banque centrale suédoise.

Lors de son discours devant la réunion annuelle des directeurs des grandes banques centrales, le 7 juin, Bäckström a évoqué l’opinion courante selon laquelle, par rapport à la Russie, au Brésil et à d’autres points de crise, le « danger était passé ». Une telle attitude, selon lui, est « irresponsable, puisqu’il existe des menaces évidentes à la stabilité financière et économique et, plus important encore, des vulnérabilités moins évidentes pourraient se manifester. Rappelez-vous que très peu de gens avaient prévu l’ampleur de la crise mexicaine de 1994. De même, en Asie du Sud-Est, le déclenchement, la durée et la dimension de la récessions avaient échappé aux prévisions de la communauté internationale. Aussi, lors de notre réunion l’année dernière, personne n’avait anticipé l’étendue des bouleversements sur les marchés financiers que déclencheraient la dévaluation [du rouble] et le moratoire russe. »

Le président de la BRI a donc appelé à se montrer honnête avec soi-même ; il y a de nombreux facteurs que l’on ne comprend pas et que l’on ne peut prévoir. « Il serait fort peu prudent de supposer que tout ira bien ».

Particulièrement inquiet au sujet de la vulnérabilité du dollar américain en raison de la balance des paiements et du déclin de l’épargne aux Etats-Unis, il a exprimé son « souci que les marchés aux Etats-Unis, mais aussi ailleurs dans le monde industriel, puissent chuter rapidement et de manière désordonnée ».

Après avoir noté que, depuis les crises de la Russie et de LTCM en août-septembre derniers, les banques centrales ont joué la carte des liquidités abondantes, Bäckström a mis en garde : « De telles politiques peuvent contribuer à des turbulences sur les marchés financiers. Le financement facile et à bas prix sur une longue période de temps peut faire monter le prix des actifs financiers, même lorsque le taux de rendement des actifs réels sous-jacents diminue. C’est ce qui s’est passé au Japon à la fin des années 80 et en Asie du Sud-Est par la suite. (...) L’accélération d’un effet de levier excessif crée les conditions pour le type de turbulences que nous avons observées à la suite du moratoire russe. »

Contactez-nous !