Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La Banque d’Angleterre fait tomber le prix de l’or

La rédaction
visites
789

La « main invisible » du marché libre n’est pas seule responsable de la récente chute du cours de l’or, qui est passé de 325,50 dollars l’once le 5 octobre (son niveau record pour ces deux dernières années) à 290-295 dollars fin octobre.

Selon des sources dans l’industrie minière de l’or, ce sont les manipulations des banques centrales qui ont causé la baisse de neuf dollars le 27 octobre, jour de l’expiration mensuelle des contrats à terme de gré à gré sur l’or.

Un groupe de compagnies minières, dirigé par la Normandy Mines australienne, exige que la Banque d’Angleterre rende publics les détails de ses activités, non seulement sur le marché des ventes de l’or physique, mais dans les produits dérivés basés sur l’or. Le président de Normandy Mines, Robert de Crespigny, accuse la banque centrale britannique d’avoir indirectement fait baisser le prix de l’or avant cette date critique.

Selon de Crespigny, qui est soutenu par trois des plus grandes compagnies minières européennes d’or, la Banque du Koweit a « prêté » à la Banque d’Angleterre l’ensemble de ses 79 tonnes de réserves d’or afin que la banque centrale anglaise puisse couvrir les positions de certains spéculateurs ayant misé sur la baisse du cours du métal jaune. En utilisant l’or emprunté par le Koweit, la Banque d’Angleterre a évité, formellement, de violer l’accord signé le 26 septembre dernier avec 14 autres banques centrales européennes.

Selon cet accord, les banques en question convenaient de limiter leurs ventes d’or ainsi que leurs activités dans les produits dérivés de l’or. Cette mesure a eu pour effet de faire monter le cours de 45 dollars dans l’espace de trois jours, après une longue période de baisse. Comme nous l’avons noté à l’époque, le renversement de tendance a créé une situation précaire sur les places financières, où l’on avait massivement spéculé sur la baisse du cours ; l’augmentation continue des prix menaçait de déclencher un effondrement en chaîne sur les marchés. Les manipulations de la Banque d’Angleterre et apparemment aussi de la Réserve fédérale, ont visé à éviter cet effondrement. Le prix de 290 dollars l’once à la fin octobre a permit à la mine d’or Ashanti Goldfields Ltd du Ghana d’éviter la faillite.

Contactez-nous !