Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La Banque du Sud entravée par les intérêts financiers

La rédaction
visites
1036

31 août 2007 (LPAC) - Les ministres des Finances des sept pays sud-américains engagés à fonder la Banque du Sud devaient se réunir à Rio de Janeiro le 23 août, mais la réunion a été reportée sine die, selon des sources du ministère brésilien des Finances citées par l’AFP. C’est la deuxième fois cette année que la Banque régionale, qui devait être lancée au mois de juin 2007 comme pierre angulaire d’une « nouvelle architecture financière » pour la région, se heurte à des obstacles majeurs.

La plupart des médias ignorent la vraie bagarre sur cette question, en attribuant l’obstruction du Brésil à son désir de faire de la Banque un simple instrument de ses propres projets d’infrastructure, ou encore de gagner des avantages commerciaux. « Ce n’est pas comme cela que je le vois, a dit Lyndon LaRouche le 30 août. Il y a de puissants intérêts financiers internationaux qui influent sur la politique brésilienne (...) Ce sont eux, et ce n’est pas nouveau, qui mettent les bâtons dans les roues. Ce sont des banques britanniques, avec leurs alliés espagnols comme Santander et BBVA, qui agissent pour le compte de l’Empire britannique. »

Certains dans le gouvernement brésilien, a fait remarquer LaRouche, « veulent que la Banque avance », mais ils ont en face d’eux le contrôle politique exercé par les banquiers internationaux. Le problème, dit-il, « ce sont les intérêts des banques proches des Anglais, comme les pirates dans les Iles Caïman ».

Prenons le cas de l’ancien directeur des relations humaines de la Banco de Santander au Brésil, Miguel Jorge, qui a été nommé ministre du Développement, de l’Industrie et du Commerce extérieur en mars dernier. Si Santander et la Royal Bank of Scotland réussissent à acquérir la banque néerlandaise ABN Amro, Santander en profitera largement. En effet, la troisième banque privée du Brésil, Banco Real appartient à ABN Amro.

Contactez-nous !