Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

La Bundesbank met en garde contre un krach boursier

La rédaction
visites
796
commentaire

Les principales Bourses mondiales sont ébranlées par une combinaison paradoxale de peurs grandissantes et d’avidité excessive. Les prix des actions escaladent des montagnes russes presque quotidiennement. Les investisseurs quittent les valeurs « traditionnelles » pour se jeter sur les actions « high tech », qui ont propulsé les indices Nasdaq américain et Nemax allemand vers des records. Dès que de nouvelles actions de sociétés de la « nouvelle économie » sont émises, leur prix augmente habituellement de 100 à 400 % le jour même, quitte à rechuter le lendemain.

Alors même que les problèmes s’annoncent pour la bulle des actions internet, une autre bulle émerge déjà, basée cette fois sur les biotechnologies. Si chacun sait que ce jeu ne peut pas durer éternellement, il n’en reste pas moins que tout le monde se précipite pour avoir sa part du gâteau.

C’est dans cette situation que de nouveaux avertissements se sont fait entendre ces derniers jours. Dans son rapport mensuel de février, la Bundesbank évoque un certain « nombre de risques » existant dans la nouvelle économie : « Parmi eux, avant tout dans les pays de l’OCDE, il faudrait citer les fortes hausses boursières. » Comme la consommation nationale des particuliers en dépend, note ce rapport, toute chute boursière significative aurait des conséquences négatives sévères, en particulier dans le cas des Etats-Unis. « De même, dans cette liste de risques, figure le danger constant que la balance des paiements américaine s’aggrave. Ceci peut conduire à un affaiblissement de la valeur du dollar, pouvant entraîner une inflation croissante des prix. » Et plus loin, « un autre risque réside dans la forte vulnérabilité, persistante, de l’économie japonaise. »

Dans le Guardian du 27 février, Larry Elliott remarque que la « performance des actions à Londres et à New York, qui défie les lois de la gravité, a de sinistres relents de 1929. (...) Un krach aurait des implications bien plus profondes ; l’une d’entre elles, et non des moindres, serait la redécouverte des vertus de la démocratie sociale et de la nécessité de freiner la machine à sous globale. Un effondrement de Wall Street serait considéré à juste titre comme le crescendo d’une période de turbulence financière ayant démarré il y a une décennie. Ceux qui, aujourd’hui, s’obstinent à affirmer que nous sommes tous des Américains, diraient alors que les Etats-Unis n’étaient qu’une autre Thaïlande qui devait se produire. Après tout, les Etats-Unis en ont tous les ingrédients - un déficit commercial croissant, une bombe du crédit à la consommation et des investissements perdus dans des avoirs non-performants. »

Selon la philosophie traditionnelle, dit Elliott, « il faut éviter à tout prix le krach ». Mais en réalité, un krach « ne serait pas une mauvaise chose. Une secousse ne signifierait pas que les bénéfices associés aux nouvelles technologies seraient perdus, pas plus que la fin du boom des chemins de fer au XIXème siècle n’a mis fin aux chemins de fer. Mais les krachs ont pour effet de nettoyer les écuries (...). Suite au krach de 1929, les politiques de laisser-faire ont été abandonnées au profit de contrôles sur la spéculation et le système financier en général. Malheureusement, ces leçons ont été oubliées, et nous vivons aujourd’hui dans un perpétuel état d’instabilité financière et permettons à l’idolâtrie de l’argent de vider les sociétés de l’intérieur. »

Contactez-nous !

Don rapide