Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

La Chine dénonce l’ingérence étrangère en Syrie

La rédaction
visites
999
commentaires

6 mars 2012 (Nouvelle Solidarité) — Suite au veto russo-chinois à la résolution des Nations Unies sur la Syrie, octroyant des pouvoirs à l’OTAN et à ses alliés analogues à ceux qu’elles avaient accordé contre la Libye, le Quotidien du Peuple chinois du 2 mars dénonce l’ingérence étrangère en Syrie :

« La version américaine de la "solution au problème syrien" est très claire. (…) D’abord, il s’agit d’affirmer qu’un "changement du régime" est le but recherché. Les États-Unis se prennent pour les maîtres des affaires intérieures de la Syrie (…) éliminant ainsi complètement toute possibilité de résoudre ce problème par la voie pacifique du dialogue.

Deuxièmement, isoler et mettre l’administration de Bachar el-Assad sous pression, à tous les niveaux. Après le veto contre la proposition du Conseil de Sécurité de l’ONU, les États-Unis, l’Union Européenne, et quelques pays arabes ont rappelé ou retiré leurs ambassadeurs de Syrie (…), ils ont invité l’opposition syrienne à la réunion des "Amis de la Syrie" [à Tunis] et ont reconnu au "Conseil national syrien", l’un des groupes de l’opposition, le statut d’un des représentants légaux du peuple syrien. Pour accroitre la pression sur l’administration de Bachar el-Assad, ils ont également adopté une série de sanctions, touchant à la politique, la diplomatie et l’économie.

Troisièmement, fournir un soutien complet à l’opposition syrienne. (…) On rapporte que l’opposition syrienne aurait obtenu d’importantes quantités d’armes des pays occidentaux et du Golfe par des canaux officieux...

Quatrièmement, promouvoir un rôle accru pour la Ligue arabe (…) Selon certains rapports, les forces spéciales du Royaume-Uni et du Qatar sont entrées en Syrie, apportant instructions et assistance aux groupes d’opposition pour lancer des attaques sur les forces gouvernementales. Les États-Unis, sous couvert de "soutenir les efforts de la Ligue Arabe pour résoudre la crise syrienne", manœuvrent en coulisse et contrôlent le développement de la situation.

Cinquièmement, puisque la possibilité d’intervention militaire directe des États-Unis et des pays occidentaux [est neutralisée par le veto des Nations-unies] (…) l’option restante consiste à promouvoir la révolution, c’est à dire, à cultiver la faction de l’opposition interne à la Syrie pour qu’elle mène rapidement une guerre civile jusqu’au renversement du régime de Bachar... Pendant ce temps, Al-Qaïda et d’autres forces extrémistes prennent avantage du chaos en Syrie et y accélèrent leur infiltration.

Renverser le régime de Bachar est beaucoup plus compliqué que de faire tomber d’autres hommes forts du Moyen-Orient. C’est la raison pour laquelle les coups fourrés utilisés avec succès par les Etats-Unis et les pays occidentaux en Tunisie, Égypte, Libye et Yémen, ont du mal à fonctionner en Syrie.

Si le régime de Bachar ne peut pas venir à bout de l’agitation intérieure ni ouvrir un processus de dialogue politique élargi en temps voulu, on peut s’attendre à ce que la version américaine de la ’solution syrienne’ conduise à une escalade de la violence ; la Syrie s’enfonçant dans le marécage de la guerre civile ; une exacerbation du jeu entre différentes forces, l’apparition d’un effet de contagion, et une situation du Moyen-Orient encore plus déstabilisée. »

Voir les 2 commentaires

  • kjuk • 07/03/2012 - 03:25

    Les régimes forts sont souvent les garants d’ une morale publique et tiennent des pays difficiles en état de marche.,.
    ( Comme Saddam Hussein et l’ Irak ).

    Que l’ Occident déliquescent s’ offusque à ce que les peuples veulent marcher droit et la tête haute,n’ a rien d’ étonnant..

    Les Occidentaux ont perdu toute dignité jusqu’ au sens même de l’ Honneur, au point ou ils ne peuvent plus supporter de le voir ailleurs prospérer et s’ épanouir comme en Syrie.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 06/03/2012 - 18:03

    Les opposants à tous les "régimes forts" des pays qui sont partis des-dits pays et vivent ailleurs dans le monde sont pris pour des résistants à la sauce de Gaulle, par l’empire britannique qui se précipite quand cela l’arrange, à les aider à revenir démocratiquement dans leurs pays.

    ... à ce que je sache, ces pays ne sont pas "occupés" par leurs voisins...

    Il est vrai que petite souris je suis, petite souris je reste étrangère à ces "politiques" étranges............

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide