Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La City est (un peu) française

La rédaction
visites
1248

Le 8 janvier (Nouvelle Solidarité) — Voici un dossier des plus révélateurs paru dans Le Point du 3 janvier. Que les Anglais mettent tout leur talent au service de la finance n’a rien de choquant. Du capitalisme manchestérien aux guerres de l’Opium contre la Chine, la politique économique de l’Empire britannique s’est toujours confondue avec une politique de pillage financier des populations.

Mais que de hauts diplômés du pays de Colbert et de Charles de Gaulle mettent « leur éthique professionnelle (...) leur force de travail, leur compétitivité et leur capacité d’innover » au service du dieu Mammon a quelque chose de plus révoltant. Selon Frédérique Andréani qui signe l’enquête, les frenchies des grandes écoles - X, HEC, Essec, Sciences Po et autres - installés à Londres, « grappillent peu à peu les meilleures places des grosses banques d’investissement américaines, créent des hedge funds qui cartonnent ou gèrent des fonds d’investissements alternatifs ».

Parmi les plus introduits : Benoît d’Angelin, partenaire du hedge fund anglais Centaurus, nommé à la tête de Lehman Brothers, l’une des premières banques d’affaires du monde, et trois autres Français qui dirigent les départements de fusions et acquisitions des deux banques d’affaires les plus importantes du monde : Franck Petitgas et Michaël Zaoui, chez Morgan Stanley, et Yoël Zaoui (frère de l’autre), chez Goldman Sachs.

Notons que ces frenchies, qui sont plus de 30 000, se sont organisés pour transmettre la vérole à la France. En 2004, Pascal Boris, PDG de BNP Paribas en Angleterre, et Arnaud Vaissié, PDG d’International SOS, ont fondé le « Cercle d’outre-Manche », un comité de grands patrons installés là-bas dont le but est d’étudier les leçons du bon fonctionnement de l’économie britannique pour les exporter en France.

Déjà en 2004, pour le centenaire de l’Entente cordiale, un premier rapport (« Sous emploi en France et plein emploi en Grande Bretagne ») avait créé la polémique en France. Deux autres rapports ont été publiés sur le même sujet depuis.

Contactez-nous !