Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La FDIC aux banques américaines : t’as pas 100 balles ?

La rédaction
visites
1664

28 septembre 2009 (Nouvelle Solidarité) — Vendredi, la Georgian Bank of Atlanta est devenue la 95e banque américaine à faire faillite depuis le début de l’année. Le problème, c’est que la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC), l’agence fédérale américaine créée par Franklin Delano Roosevelt en 1933 pour garantir les dépôts bancaires, est à cours d’argent pour pallier aux faillites qui se multiplient.

Pour résoudre le problème, l’administration Obama envisage d’emprunter de l’argent… aux banques ! C’est en tout cas ce que suggère le New York Times de mardi dernier. « Des officiels en charge de la régulation ont fait savoir qu’ils envisagent sérieusement un plan permettant aux banques en bonne santé de prêter des milliards de dollars à l’agence qui protège les déposants », écrit le Times. « Ce qui permettrait à cet organisme, dont les liquidités s’évaporent à cause des faillites bancaires, de continuer à sauver les banques les plus malades ».

Cette démarche s’avère surtout motivée par la crainte que de nouveaux renflouements publics puissent provoquer une nouvelle colère des citoyens. Le quotidien new-yorkais note que : « toute nouvelle injection de liquidités par le Trésor apparaîtrait comme un renflouement opéré avec l’argent du contribuable, provoquerait une réaction politique contre les banques et conduirait au plafonnement des salaires des managers. On estime pouvoir échapper à la colère populaire si, au lieu de cela, le gouvernement fait appel aux crédits bancaires ». « Au yeux de l’opinion, il est largement préférable que la FDIC obtienne de l’argent d’une autre source », affirmait un porte-parole de l’association Independent Community Bankers.

En clair, les banques en « bonne santé », c’est-à-dire ceux qui ont pu continuer à fonctionner suite aux plans de sauvetage bancaires (payés par le contribuable), vont prêter de l’argent à l’Etat pour lui permettre d’éliminer leurs concurrents. De plus, ils toucheront les intérêts sur l’argent prêté dans l’opération. Une véritable aubaine !

Ce n’est pas seulement de la corruption mais de l’incompétence totale car si la FDIC ne devient qu’un instrument supplémentaire pour renflouer les banques spéculatives, c’est la destruction de tout le système qui se trouve accélérée. Les auteurs d’un tel projet méritent l’internement en asile psychiatrique car ils sont aussi fous que le système qu’ils croient encore pouvoir sauver.

Article :
Signez sans attendre l’appel pour une commission d’enquête parlementaire sur la crise financière.

Contactez-nous !