Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

La Fed remet en route la planche à billets

La rédaction
visites
2163
commentaire

12 août 2010 (Nouvelle Solidarité) – En langage policé, la décision de la Fed de recourir à nouveau à la planche à billets, s’annonce ainsi : « La Fed s’alarme de l’essoufflement de la reprise » ; « La Fed va accroître son soutien à l’économie » ; « La Fed ne rassure pas les marchés ». Mais si l’on regarde la réalité en face (c’est-à-dire en levant les yeux au delà des journaux), la Fed a perdu le contrôle de la situation et l’effondrement du système entre dans sa phase terminale.

Le 10 août, à l’issue de la réunion mensuelle de son comité de politique monétaire (FOMC), la Fed est revenue sur sa promesse de réduire de 200 milliards de dollars (sur 1400) son stock d’actifs toxiques, et a annoncé qu’elle injecterait jusqu’à 200 nouveaux milliards de son argent fictif dans le rachat d’actifs pourris de Wall Street. Cette nouvelle vague d’ « assouplissement quantitatif » (ou « chiasse monétaire » dans le langage des mortels) nous rapproche de l’inévitable explosion hyperinflationniste dont nous avons mis en garde depuis 3 ans.

Deux semaines avant l’annonce du FOMC, le directeur de la Fed de Dallas avait dénoncé cette politique qui « nous met sur les rails de l’hyperinflation et de la destruction économique ». Quelques heures après l’annonce du FOMC, Mike Allen, dans sa chronique matinale sur le site du quotidien politique de Washington Politico, tirait les mêmes conclusions : « Les marchés d’obligations nous annoncent la déflation. La Fed n’a plus les moyens de combattre la déflation avec sa politique de taux d’intérêts puisqu’ils sont déjà à zéro. La seule arme disponible est d’imprimer de l’argent, ce que l’on appelle par euphémisme ’assouplissement quantitatif’ ou QE. La Fed a déjà essayé mais pourrait en faire plus, d’où le terme QE2. Mais créer de l’argent en quantité nécessaire risque de provoquer non pas de l’inflation, mais de l’hyperinflation genre république de Weimar. »

Avec 2400 milliards de dollars d’actifs recyclés dans ses comptes, la Fed n’a d’autres choix que d’étendre sa politique de création monétaire pour continuer à protéger Wall Street. Mais cette politique n’a absolument aucun impact sur l’économie réelle qui poursuit sa chute. Le chômage grimpe, des centaines de milliers de personnes abandonnent la recherche d’emploi chaque mois, la demande de coupons alimentaires explose, les collectivités locales ferment les services publics et sociaux, les revenus fiscaux sont en baisse et les expulsions se poursuivent. La Maison Blanche est absolument incapable de réagir et Obama est sous l’emprise du secrétaire au Trésor Geithner et de sa clique d’économistes comportementalistes qui l’ont acquis à la cause de l’austérité.

Quoi faire :

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 17 novembre le monde
en devenir

Don rapide