Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La France augmente les dépenses pour l’infrastructure

La rédaction
visites
683

Le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin a approuvé le 18 décembre un programme de modernisation des transports lourds de 20 milliards d’euros, dont les grands bénéficiaires sont le TGV et le transport fluvial. Le Premier ministre a noté que « pour la première fois, un gouvernement décide que 75% de la nouvelle infrastructure ne sera pas routière, mais ferroviaire, portuaire et sur l’eau ». Parmi les huit lignes de TGV retenues, nous retiendrons : Nîmes-Montpellier, Rhin-Rhône, Sud-Europe-Atlantique, Bretagne et TGV Est (2ème phase), ainsi que le Lyon-Turin. Pour la première fois depuis 33 ans, la France creusera un nouveau canal : le projet Seine-Nord-Europe (coût estimé à 2,6 milliards d’euros) reliera Paris à Lille et à Dunkerque par voie fluviale, tout en ouvrant des liaisons avec des canaux en Belgique, en Allemagne et aux Pays-Bas. Par ailleurs, le programme comprend neuf projets autoroutiers. On estime que ces projets permettront de créer environ 50 000 nouveaux emplois.

Le gouvernement français a également annoncé que la privatisation de l’autoroute du Sud (ASF) avait été rejetée et que les projets de privatisation d’autres autoroutes le seraient aussi. Le ministre des Transports, Gilles de Robien, tient en effet à ce que les autoroutes ne soient pas gérées par des investisseurs privés.

Signalons dans ce contexte un projet conjoint de production d’énergie nucléaire entre la France, l’Allemagne et la Finlande. Le consortium franco-allemand Areva-Siemens a annoncé le 18 décembre la signature d’un contrat pour un nouveau complexe nucléaire de 1600 MW en Finlande, d’un montant de 3 milliards d’euros. Le réacteur, qui devrait entrer en service en 2009, sera le nouvel EPR (réacteur à eau pressurisée), un modèle franco-allemand qui apporte des améliorations aux réacteurs à fission actuels, notamment sur le plan de la sûreté. Le projet finlandais sera le premier EPR à être construit et devrait ouvrir la porte à d’autres projets dans les pays qui choisiront des réacteurs à fission ou la modernisation des réacteurs déjà en service, en Europe et ailleurs dans le monde.

Contactez-nous !