Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La France en Faillite ? Et le système financier alors ?

La rédaction
visites
1291

24 septembre 2007 (Nouvelle Solidarité) - Lorsque le premier ministre François Fillon parle d’une « situation de faillite » de l’Etat, et que la ministre de l’économie Christine Lagarde parle de « rigueur », il y a de quoi s’interroger sur leur compétence, voire sur leur santé mentale. Car ces annonces de l’austérité à venir arrivent juste après que ces mêmes personnes aient fait voter le paquet fiscal réduisant de 15 milliards d’euros l’imposition des foyers qui en ont le moins besoin pour vivre.

La réalité dans laquelle la France se trouve prise est toute autre : la crise financière est systémique. L’économiste Dominique Lacoue-Labarthe a averti dans Le Monde du 19 septembre qu’il s’agit « d’un phénomène global », qu’il « peut se produire des faillites », que « le système international de paiement ou celui d’un pays peuvent s’effondrer ». Mais certains pensent que malgré tout il est inévitable de faire payer la population, alors que cette crise financière provoque même l’hyperinflation de l’alimentaire et de l’énergie, ce qui frappe en premier les moins riches et les plus pauvres.

Il faut donc prendre des mesures de sauvegarde pour protéger les Français et les autres peuples des conséquences économiques du krach financier que nous vivons. Il faut assurer d’une part des prix à la consommation raisonnables pour l’alimentaire, ce qui implique une intervention de l’Etat pour réguler et sécuriser le processus de production. Par exemple en Chine, l’Etat a limité la part de la production agricole consacrée aux biocarburants, afin de garantir l’approvisionnement de la population. Si ce type de mesures sont urgentes, elles ne pourront être effectives sans une refondation au niveau international de l’ordre économique autour d’un projet fédérateur, dans l’intérêt partagé des populations du monde.

Imprimez et distribuez La résolution de Kiedrich

Contactez-nous !