Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La France pense s’inspirer des méthodes chinoises en Afrique

La rédaction
visites
1633

5 septembre 2008 (Nouvelle Solidarité) – Le secrétaire d’Etat à la Coopération, Alain Joyandet, a organisé fin août, en marge d’une réunion avec les ambassadeurs en poste en Afrique, une session de brainstorming avec des chefs d’entreprises actifs sur le continent.

Cherchant à renforcer l’efficacité de l’aide publique, Paris réfléchit… aux méthodes chinoises. « En quelques années, rapporte Les Echos, la Chine a connu une croissance sans précédent sur le continent noir. Ses investisseurs séduisent avec des offres combinées »

« Les Chinois proposent de construire ponts, centrales électriques et autres infrastructures en échange de contrats d’exploitation minière », explique Christophe Asselineau, avocat au cabinet Simmons Simmons. « Les Européens prêtent de l’argent aux pays africains qui lancent des appels d’offres, alors que les Chinois déploient un quasi-plan Marshall – ils arrivent avec leur argent, leur main d’œuvre, leurs infrastructures et repartent avec des ressources naturelles. »

Sans copier à l’identique l’exemple chinois, la France compte elle aussi monter des « offres complexes » fondées sur des consortiums, « avec un chef de file qui pourrait être l’Agence française de développement (AFD) » affirmait Alain Joyandet.

Pour l’heure, les règles européennes interdisent les aides dites « liées » qui consistent à prêter de l’argent à un pays africain en lui imposant en contrepartie de faire appel à une entreprise française. Les juristes estiment qu’il existe un moyen de contourner cette interdiction sans enfreindre les lois.

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !