Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La France refuse les « diktats démocratiques » de Madeleine Albright

La rédaction
visites
737

Lors des conférences sur la « démocratie », organisées à Varsovie du 25 au 27 juillet par la secrétaire d’Etat Madeleine Albright, George Soros et les promoteurs anglo-américains du Projet démocratie, le gouvernement français a fait savoir qu’il ne signerait pas la « Déclaration de Varsovie » promouvant une communauté mondiale des démocraties. L’objection principale était que cette déclaration établissait deux nouveaux blocs, l’un ostensiblement « démocratique », et l’autre « non » ou « anti-démocratique ». Cette division pose, du point de vue de français, la base de nouveaux conflits dans le monde, tout en minant l’autorité des Nations unies.

Selon un article de première page paru dans l’International Herald Tribune du 28 juin, la « conférence américaine sur les démocraties dans le monde [a été] choquée et étonnée » par le refus français de signer le document final. Le New York Times commentait le 28 juin qu’Albright et la délégation américaine avaient « été prises de court par les objections françaises », surtout par le fait que Hubert Védrine « visait au coeur de ce que le Dr Albright espère voir devenir une grande partie de son héritage ».

Selon les médias, Hubert Védrine n’a pas caché son irritation face aux tentatives d’Albright de lancer une nouvelle croisade « démocratique » destinée à mater certains pays à travers le monde. Dans ses remarques publiques à Varsovie, Védrine a expliqué qu’il était venu parce que Geremek (pas Albright) le lui avait demandé quinze fois. Il a mis en garde contre la mentalité triomphaliste qui ferait de la démocratie une « religion », au mépris du fait que la démocratie nécessite une longue période d’évolution, ne pouvant être réalisée par des recettes instantanées. Ce processus évolutif, a-t-il souligné, est très lié aux développements économiques et sociaux. Selon lui, par contre, à Varsovie on donne l’impression que l’Occident utilise les aspirations universelles à la démocratie à des fins d’influence politique et économique ou de domination culturelle, tout comme il utilise quelquefois aux mêmes fins le principe de liberté du commerce.

Plus tard, s’adressant à des journalistes américains à Varsovie, Védrine s’est fortement opposé à l’utilisation de « sanctions militaires et économiques » comme arme de la « démocratie » contre des pays ciblés, soulignant que cette arme provoque toujours des retours de flamme et ne fait que frapper les populations des pays ainsi ciblés. Il a martelé qu’il n’existe aucune formule magique permettant de « transformer la Russie en une grande Finlande ou la Chine en une grande Corée du Sud », ajoutant qu’il ne faut pas tomber dans l’autosatisfaction, que les démocraties occidentales pouvaient encore s’améliorer. Le règne de l’argent dans le monde politique des pays développés est « terrifiant », selon lui, et l’apathie des citoyens y est alarmante.

Au cours de cette conférence, le secrétaire général des Nations unies Kofi Annan a aussi exprimé de fortes réserves quant à la possibilité qu’un nouveau « bloc » soit créé aux Nations unies, tout en soulignant la crainte de voir s’amplifier des tendances antidémocratiques dans des pays qualifiés par Albright de « démocratiques ». En particulier, Kofi Annan a mis en garde contre des tendances antidémocratiques qui s’expriment « au nom de la démocratie » dans des pays qui se vantent d’être « solidement démocratiques ».

Contactez-nous !