Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La Palestine en proie à une catastrophe humanitaire

La rédaction
visites
941

Début avril, le directeur du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU, David Shearer, a informé le ministère israélien des Affaires étrangères que la population de la bande de Gaza se trouvait au bord d’un désastre humanitaire. Son avertissement a été confirmé par un rapport de l’agence onusienne UNRWA, affirmant que le manque de produits alimentaires de base, en raison du blocus des passages frontaliers, a déjà provoqué une augmentation considérable de la malnutrition dans toute la bande de Gaza.

Selon la Banque mondiale, au cours des cinq dernières années, le taux de pauvreté à Gaza est passé de 22 % à 75 %. Entre 25 % et 40 % de la population active sont sans emploi, et 44 % des habitants doivent survivre avec deux dollars par jour.

Le gouvernement israélien refuse de remettre à l’Autorité nationale palestinienne les quelque 50 millions de dollars de droits de douane encaissés dans les ports israéliens. Cet argent devrait servir à payer le salaire mensuel des employés de l’ANP, notamment le personnel de sécurité, les enseignants, le personnel hospitalier et de santé. Plus d’un tiers de la population palestinienne vit du salaire des quelque 140 000 employés de l’ANP. Dans la seule bande de Gaza, ils sont 73 000 salariés.

La politique du gouvernement israélien est, bien entendu, soutenue par Washington. Pire encore, le gouvernement Bush-Cheney a annoncé la suppression de toutes les aides à l’ANP et il exerce des pressions intenses sur l’UE et d’autres pays pour qu’ils en fassent autant. L’ANP est entièrement tributaire des 500 millions de dollars d’aide que l’UE lui verse chaque année.

Sur les 1,2 million d’habitants de la bande de Gaza, 986 000 sont des réfugiés bénéficiant de l’aide de l’UNRWA. Quelque 137 000 familles reçoivent déjà de l’aide alimentaire, auxquelles viendront s’ajouter les 25 000 familles de salariés de l’ANP qui ne reçoivent pas leur salaire. Mais les fonds manquent à l’agence onusienne : sur son budget de 457,9 millions de dollars pour les besoins alimentaires de base, il lui manque déjà 120 millions. En outre, alors que l’UNRWA aurait besoin de 150 millions de dollars pour financer ses projets, notamment la construction d’écoles, elle n’en a reçu jusqu’à présent que 14,3 millions.

Pour aggraver le tout, la grippe aviaire a déjà durement frappé les populations israélienne et palestinienne, et menace de dévaster tout le secteur avicole de la bande de Gaza. Selon les déclarations de responsables de l’Organisation mondiale de la Santé à une conférence de presse à Jérusalem, plus de 30 000 éleveurs ont perdu leurs volailles, les mettant dans l’incapacité de subvenir aux besoins de leur famille, soit environ 200 000 personnes. La volaille est la principale source de protéines pour les Palestiniens. Un responsable de l’OMC, Luigi Damiani, a déclaré, lors de cette conférence de presse, que le poisson pourrait servir de source alternative de protéines, mais les autorités israéliennes refusent aux Palestiniens le droit de pécher sur les côtes de Gaza.

Contactez-nous !