Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La Réserve fédérale promet à nouveau des liquidités illimitées

La rédaction
visites
671

Dans un document présenté à l’American Economic Association, le 3 janvier à San Diego, un gouverneur et un directeur de la Réserve fédérale, Ben Bernanke et Vincent Reinhart, ont à nouveau tenté de rassurer les marchés en répétant qu’il n’y a pas de limite à la quantité de billets que la banque centrale peut imprimer. Bien que « les taux d’intérêt frôlent le zéro » et que l’on ne puisse plus faire appel aux « moyens conventionnels de détente monétaire » (baisse des taux), on lit que « la politique monétaire n’est pas impuissante ». Dans les circonstances actuelles, selon les auteurs, la Fed dispose encore de « stratégies monétaires alternatives », dont notamment les trois suivantes :

  1. Assurer les investisseurs que les taux à court terme seront bientôt plus faibles qu’ils ne le pensent.
  2. Modifier les offres relatives de titres (comme les bons du Trésor) sur le marché en changeant la composition du bilan de la banque centrale.
  3. Accroître la taille du bilan de la banque centrale au-delà du niveau nécessaire pour établir une politique de taux à court terme nuls.

Concernant les deuxième et troisième stratégies, les auteurs expliquent que la Fed, qui détient près de 670 milliards de dollars en bons du Trésor, pourrait par exemple décider d’allonger l’échéance des obligations à court terme. Dans « l’exemple peut-être le plus extrême », la Fed pourrait déclarer « illimité son engagement à acheter le titre visé au prix annoncé ». Cette stratégie, admettent-ils, est un peu risquée, car si les investisseurs ne jouent pas le jeu, la Fed « finirait par détenir tous ces titres ou presque ». La Fed pourrait aussi « envisager d’acheter des avoirs autres que des bons du Trésor, comme des obligations d’entreprise ou des obligations de gouvernements étrangers. La Réserve fédérale est actuellement autorisée à acheter des obligations de quelques gouvernements étrangers mais très peu d’actifs du secteur privé, comme les actions ou obligations d’entreprises . »

Un autre argument avancé en faveur de politiques monétaires alternatives, même avant que les taux à 24 heures ne tombent à zéro, c’est que le public pourrait estimer que la banque centrale se trouve « à court de munitions ». Ainsi, les auteurs conseillent vivement aux décideurs politiques, dans leurs conclusions, d’« agir préventivement et agressivement pour éviter les complications dues à la limite que représentent les taux zéro ». Comme les Etats-Unis (aussi bien que le Japon et la Suisse) se trouvent déjà tout près de cette limite zéro, les auteurs laissent entendre que de telles mesures extraordinaires pourraient être prises à tout moment.

Contactez-nous !